Soudan du Sud : Salva Kiir va rencontrer le chef des rebelles

Le secrétaire du département d’Etat américain, John Kerry, a annoncé, ce vendredi, que le président de la République du Soudan du Sud, Salva Kiir, allait rencontrer prochainement le chef de la rébellion à l’œuvre actuellement dans le pays, Riek Machar.

Le président de la République du Soudan du Sud va prochainement rencontrer son ancien Vice-président et chef de la rébellion qui secoue actuellement son pays, Riek Machar. Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, en a fait l’annonce, ce vendredi, alors qu’il est arrivé à Juba, capitale de ce pays, au cours de sa tournée africaine.

Salva Kiir prêt à engager des discussions

La situation était urgente. L’objectif de la visite de John Kerry à Juba, qui n’était pas prévu dans son agenda officiel, a donc peut-être porté ses fruits. Il devait se rendre au Soudan du Sud pour faire pression sur les protagonistes de la guerre qui fait rage actuellement dans le pays, et qui cause des milliers de morts.

Le Président Salva Kiir « est prêt à se rendre prochainement à Addis Abeba (capitale de l’Ethiopie), probablement en début de semaine prochaine, afin d’engager une discussion avec le Premier ministre (éthiopien) et, nous l’espérons, avec Riek Machar », a annoncé le secrétaire d’Etat américain à la presse. L’Ethiopie doit continuer son rôle de médiateur dans cette crise.

« Cette rencontre de Riek Machar et du Président Kiir est essentielle »

John Kerry aurait donc réussi à infléchir les deux parties, alors qu’un accord de cessez-le-feu avait déjà été signé le 23 janvier dernier sans jamais être respecté. « On peut dire avec certitude que le Président Kiir était très ouvert (…) à l’idée de prendre des mesures énergiques pour mettre fin à la violence, appliquer l’accord de cessez-le-feu et commencer à collaborer avec respect à un gouvernement de transition », a révélé le secrétaire d’Etat américain, selon l’AFP.

« Cette rencontre de Riek Machar et du Président Kiir est essentielle pour pouvoir réellement s’engager sérieusement sur la façon dont l’accord de cessez-le-feu sera une fois pour toutes réellement mis en œuvre », a-t-il encore précisé.

Les Américains ont été le parrain de l’indépendance du Soudan du Sud, en juillet 2011, pays qui est depuis sous perfusion de l’aide de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), dont les Etats-Unis sont les premiers contributeurs.

Des milliers de morts

Des milliers de morts sont à déplorer depuis le début de cette crise. Plus de 78 000 Sud-Soudanais seraient actuellement réfugiés dans les camps de l’ONU à travers le pays, fuyant les massacres, tandis que 1,2 million de personnes auraient quitté leur foyer en raison des combats.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a récemment alerté contre un risque de génocide au Soudan du Sud entre l’ethnie Dinka du Président Salva Kiir et les Nuer auxquels appartient Riek Machar. Les organisations humanitaires ont dénoncé un risque de famine dans le pays si rien n’est fait pour arrêter les combats.