Soudan du Sud : le SG Pagam Amum épinglé par Salva Kiir ?

Le président Salva Kiir n’a pas fini de faire parler de lui. Après avoir suspendu la totalité de ses membres, il somme désormais le secrétaire générale du parti au pouvoir Pagam Amum de rester dans la capitale du pays Juba. Pour quel raison, ce dernier ne peut pas sortir de la capitale ?

Après avoir suspendu les membres de son gouvernement, le président du Soudan du Sud, Salva Kiir s’en prend au secrétaire générale du parti au pouvoir. Ce dernier se trouve désormais en mauvaise posture. D’après une décision officielle publiée ce jeudi, Salva Kiir interdit au secrétaire générale du parti au pouvoir, Pagam Amum de quitter Juba, la capitale du pays. Suspendu depuis ce mardi par le chef de l’Etat Salva Kiir, il lui est également interdit de s’exprimer devant les médias. Une enquête a été ouverte à son encontre pour « mauvaise gestion ».

Pagam Amum, devant la justice ?

M. Amum, qui avait part de son intention de se présenter face à M. Kiir lors de la présidentielle de 2015, a été suspendu ce mardi de ses fonctions par M. Kiir qui a en même temps limogé le vice-président sud-soudanais Riek Machar, son grand rival politique, et l’ensemble du gouvernement. Le décret suspendant Pagan Amum indiquait ce mardi que ce dernier faisait l’objet d’une enquête interne du parti pour « mauvaise gestion », « insubordination ouverte » et comportement de nature à saper « l’unité du parti ». L’enquête le visant met de plus en plus à mal l’unité du parti du pouvoir.

Vers la fin de l’unité au pouvoir

Le chef de l’exécutif n’entretient pas de bonnes relations avec le Secrétaire général du SPLM (Mouvement Populaire de Libération du Soudan), Pagam Amum. La bonne entente qui régnait lors de l’indépendance du pays n’est plus d’actualité, les divisions au sein du parti au pouvoir quant à elle se font de plus en plus ressentir. Ce mardi, les ministres du gouvernement ont été demis de leur fonctions. Ces ministres étaient pour la plupart des figures importantes du SPLM, lors de la guerre civile qui a débouché en 2011 sur un référendum d’auto-détermination et à l’indépendance du Soudan du Sud.

En dépit de ses problèmes politiques, le Soudan du Sud depuis sa création, reste un pays où règne la corruption, infestée d’armes et qui se trouve régulièrement frappée par des affrontements ethniques.