Soudan du Sud : la population au bord de la famine

Alors que les pourparlers visant à ramener la paix après sept mois de conflit au Soudan du Sud ont repris, ce lundi, à Addis Abeba, plus d’un tiers de la population du Soudan du Sud est au bord de la famine.

Les ONG et les organisations humanitaires locales tirent la sonnette d’alarme. La famine est aux portes du Soudan du Sud, où près d’un tiers de la population est menacée par l’insécurité alimentaire, en raison du conflit qui perdure entre le camp du Président Salva Kiir et celui de son rival Riek Machar. Des millions de personnes ont fui les combats et ont vu leurs foyers et leurs moyens de subsistance détruits dans les affrontements. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a décrit la situation d’insécurité alimentaire dans le plus jeune Etat, né en juillet 2011, comme la « pire au monde ».

Un rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), publié le 29 juillet, estime à 3,9 millions – sur les quelque 11 millions d’habitants du pays, le nombre de Sud-Soudanais qui seront, ou qui le sont déjà, victimes d’insécurité alimentaire, entre juin et août 2014.

Un accès humanitaire difficile

L’aide humanitaire rencontre des difficultés à accéder aux Etats d’Unité, du Nil supérieur et du Jonglei, en raison des combats et de la saison des pluies qui ont rendu de nombreuses routes impraticables. Les organisations ont donc, de plus en plus, recours à des ponts aériens, mais cette solution est coûteuse, selon IRIN.

« La plupart des communautés ne sont accessibles qu’en hélicoptère, en raison de la détérioration des pistes d’atterrissage. Or les hélicoptères ne peuvent transporter que deux tonnes de matériel à la fois. Cela a un impact sur le volume de matériel humanitaire pouvant être livré quotidiennement et les hélicoptères ne suffisent pas à satisfaire la demande croissante », a indiqué le cluster logistique du PAM.

Plus qu’une phase avant la famine

Actuellement, plus de 3,5 millions de personnes sont en phase 3 de l’IPC (The Integrated Food Security Phase Classification), alors qu’une grande partie des habitants des régions affectées par le conflit sont déjà en phase 4, d’après Fews.net. La famine est déclarée en cas de phase 5, et ce scénario pourrait avoir lieu au cours des quatre prochains mois, dans certaines régions des Etats du Jonglei et d’Unité.

« Le reste du monde ne doit pas attendre qu’une famine soit annoncée pendant qu’ici des enfants meurent tous les jours », a dit Anthony Lake, le directeur général de l’UNICEF, à la suite d’une visite au Soudan du Sud.