Soudan du Sud : Amnesty International dénonce les crimes de guerre

Un rapport d’Amnesty International, publié mardi 11 juin, accuse l’armée soudanaise de pratiquer la politique de terre brûlée. Une stratégie mise en place pour éradiquer le SPLM-Nord, une rébellion qui prône la libération du Soudan. Elle porte, cependant, préjudice à la population quelque peu prise en otage entre les deux parties. « L’armée bombarde de façon indiscriminée les villages de civils, n’hésitant pas ensuite à les brûler. Le but de telles manoeuvres est, selon l’ONG, de pousser la population civile à fuir ces zones », rapporte RFI.