Soudan du Sud : 85 morts dans l’explosion d’un camion citerne

Au moins 85 personnes ont péri, ce jeudi, au Soudan du Sud dans l’explosion d’un camion citerne. Elles tentaient de récupérer la cargaison de carburant.

Les drames sont quotidiens au Soudan du Sud. Mais celui-ci est particulièrement meurtrier. Au moins 85 personnes ont été tuées dans l’explosion d’un camion citerne accidenté. Les victimes tentaient de récupérer la cargaison de carburant, a annoncé, ce jeudi 17 septembre 2015, le porte-parole du Président sud-soudanais Salva Kiir. L’explosion se serait produite mercredi sur la route reliant Juba à Maridi, à environ 300 km à l’ouest de la capitale. Plus de 100 personnes ont également été blessées, souffrant de brûlures, a indiqué un responsable local, John Skia, à la station sud-soudanaise Eye Radio.

Les explosions ou incendies de ce genre sont fréquents en Afrique et font beaucoup de dégâts. En juillet 2010, en République démocratique du Congo (RDC), 292 personnes avaient péri dans l’explosion d’un camion citerne suite à un accident. En décembre 2006, 284 personnes étaient mortes au Nigeria dans l’explosion d’un oléoduc vandalisé à Lagos, six mois après l’explosion d’un autre oléoduc qui avait tué entre 150 et 200 personnes.

Au Soudan du Sud, cet accident qui tombe au plus mal, d’autant que le pays vit une grave crise politique qui oppose le Président Salva Kiir à son ancien Vice-président, Riek Machar. Les deux hommes luttent, depuis décembre 2013, pour le pouvoir. L’armée fidèle au Président Salva Kiir et les hommes de Riek Machar s’affrontent régulièrement, causant la mort de nombreux civils. Plusieurs cessez-le-feu ont été signés entre les belligérants sans qu’ils ne soient respectés.

D’après l’ONU, le conflit a fait plusieurs milliers de morts chez les civils et provoqué le déplacement de plus de 2 millions de personnes qui vivent dans des conditions inhumaines. Sans compter les nombreuses exactions et violations des droits de l’Homme que commettent régulièrement les deux parties qui plongent davantage le pays dans le chaos.