Sommet de la Francophonie en RDC : les associations congolaises « indignées » par Hollande

Contactées par Afrik.com, plusieurs associations congolaises de France ont tenu à exprimer leur indignation face à la décision de François Hollande de se rendre à Kinshasa, au 14e sommet de la Francophonie, dans un pays où les droits de l’Homme sont bafoués. L’évènement, qui n’a même pas encore eu lieu, fait couler beaucoup d’encre. Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, a affirmé avoir reçu des menaces de mort.

Le 14ème sommet de la Francophonie fait décidément beaucoup de bruit. Les associations congolaises de France, contactées par Afrik.com, sont très en colère contre la décision du président Hollande de se rendre à Kinshasa pour l’évènement. Le président de l’association Convergence pour l’émergence du Congo, Jean-Louis Tshimbalanga ne mâche pas ses mots : « Le choix du président Hollande de se rendre à ce sommet est une insulte ! Un mépris et un manque de considération pour le peuple congolais et français ! ». Selon lui, « le président français a été très mal conseillé ! » Son association a saisi la justice française pour que le sommet n’ait pas lieu en République démocratique du Congo (RDC), où les droits de l’Homme sont bafoués.

« En ne respectant pas les règles qu’elle a établies, la Francophonie se déshonore ! Or, elle défend des valeurs et réunit plusieurs pays autour de la langue française. Il y a une culture qui accompagne cette langue. Et c’est cette culture dont il faut faire la promotion », affirme Jean-Louis Tshimbalanga. « Mais à quoi bon établir une charte et des règles si elles ne sont pas respectées ! », fustige-t-il.

Yamina Benguigui menacée de mort

L’association Diaspora congolaise est tout aussi « déçue » par la décision du dirigeant français : « Nous sommes très mécontents. Beaucoup de Congolais son en colère ! Nous pensions que Hollande allait marquer le coup en refusant de se rendre à ce sommet !» François « Hollande est très lâche ! », estime, pour sa par part, l’association RCA. Selon elle, « se rendre au sommet de la Francophonie, c’est maintenir le despotisme en RDC ! ».

François Hollande n’est pas le seul à faire parler de lui. Yamina Benguigui, ministre déléguée à la francophonie, qui s’était rendue à Kinshasa du 25 au 28 juillet pour faire un état des lieux de la situation du pays, a affirmé avoir reçu des menaces de mort. « Nous nous devons de venir, peut-être même prendre des coups -moi-même, j’ai reçu des menaces de mort, par mail-, mais je pense que c’est important que ce sommet ait lieu », a-t-elle déclaré lors d’un entretien sur RFI. Le sommet de la Francophonie à Kinshasa n’a pas fini de faire polémique.

Lire aussi :

 Francophonie : Hollande ira à Kinshasa

 « La Francophonie sera déshonorée en RDC ! »

 RDC : Yamina Benguigui a rencontré Joseph Kabila « sans a priori »