Somalie : les soldats de l’Union Africaine bombardés

Plusieurs centaines de soldats ougandais ont débarqué, mercredi, à l’aéroport de Mogadiscio dans le cadre de la mission de maintien de la paix en Somalie. Ce déploiement intervient après que des obus ont été lancés sur les premières troupes ougandaises, arrivées mardi.

Environ 300 soldats ougandais ont débarqué, mercredi, dans le calme, à l’aéroport de Mogadiscio nonobstant l’attaque d’obus lancée la veille contre les premières troupes déployées dans le cadre de la mission de maintien de la paix en Somalie (Amisom). « Deux avions-cargos transportant des soldats ougandais et trois autres avions transportant du matériel militaire ont atterri à l’aéroport international de Mogadiscio », a annoncé le vice-ministre de la Défense, Salad Ali Jelle.

Mardi, au moins sept obus sont tombés sur la partie militaire de l’aéroport de la capitale somalienne, peu de temps après le débarquement de 370 soldats ougandais. Il n’y a eu aucune victime mais les explosions ont semé la panique parmi les soldats. « Les affrontements de mardi ont été déclenchés par des attaques non provoquées de résidus d’islamistes qui ont des liens avec des terroristes internationaux », a accusé, mercredi, M. Jelle.

L’Amisom est l’une des missions internationales les plus délicates. Les éléments de la Force Africaine vont tenter de stabiliser ce pays en guerre depuis 1991.

Le manque de moyens de l’Amisom

Par ailleurs, le débarquement des soldats de l’Union Africaine (UA) a coïncidé avec de violents combats dans la capitale qui ont fait trois morts dont deux civils. En effet, des tirs ont été échangés entre des soldats éthiopiens et des hommes non identifiés près d’une base militaire éthiopienne, selon des témoins. Deux mois après la défaite des tribunaux islamiques, les miliciens islamistes ne sont pas prêts à rendre les armes.

Malgré la volonté de l’UA d’aider la Somalie à se pacifier, l’Amisom est confrontée à un manque de moyens qui risque de la rendre moins efficace. En effet, elle devrait compter au total 8 000 soldats, dont 1 600 Ougandais, pour remplacer les troupes éthiopiennes. Cependant, seuls 4 000 hommes sont disponibles. Le Nigeria, le Ghana, le Malawi et le Burundi ont signalé leur intention de prendre part à cette mission. L’UA manque aussi de moyens financiers pour mener à bien sa mission en Somalie, où les dernières attaques montrent le défi majeur qui attend les soldats étrangers.