Somalie : Hollande a ordonné l’exécution du chef djihadiste Ahmed Godane

Le Président français François Hollande aurait ordonné l’exécution du leader des shebab, Abdi Godane, tué le 1er septembre dernier par un raid américain conduit à partir de renseignements fournis par la DGSE.

L’ancien chef des djihadistes somaliens, Abdi Godane, par ailleurs leader des shebab, a été tué le 1er septembre, à 170 kilomètres au sud de la capitale somalienne Mogadiscio. Le Point relève qu’il a été exécuté par un ou plusieurs drones américains pilotés depuis une base à Djibouti.

Le site ajoute que les éléments permettant cette opération, notamment l’identification précise de son pick-up et la route qu’il devait emprunter, ont été transmis au Pentagone par la DGSE sur ordre explicite du Président François Hollande. Plusieurs fois, les Français ont localisé le chef terroriste et transmis ses coordonnées au Pentagone. C’est le cas en fin 2013, où il s’est rendu coupable de la mort de deux Françaises dans le massacre du centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya.

Selon Le Point, le Pentagone avait toujours refusé de frapper, car Godane s’assurait. Cet homme, qui n’utilisait jamais de téléphone ni de moyen de communication électronique, évitait systématiquement de se trouver dans une zone isolée. Sa protection effective due à la présence de nombreuses populations civiles autour de lui aura ainsi duré 21 mois ».

Le 31 août, la veille de sa mort, Godane a organisé un déplacement entre son sanctuaire, dans le sud de la Somalie, et un nouveau lieu de résidence. Ce mouvement a été repéré et un raid de drones et d’avions pilotés par des Américains a été décidé. Et selon l’amiral John Kilby, le raid a été conduit « à partir de renseignements utilisables ».

Toujours selon Le Point, le chef terroriste était seul dans un véhicule isolé, accompagné par deux gardes du corps. « Alors qu’il se trouvait dans une zone presque désertique, le pick-up a été frappé avec une violence extrême : un ou plusieurs missiles antichars AGM-114 Hellfire, capables de détruire un char d’assaut, et au moins deux bombes GBU-12 Paveway II de 250 kilos chacune. Les trois occupants du véhicule n’avaient aucune chance.

A l’issue de cette opération radicale, le Président français a été averti de son succès probable, mais il a encore fallu plusieurs jours pour obtenir l’indispensable confirmation », écrit le site. Le Président français François Hollande a donc ordonné l’exécution du leader des shebabs, Abdi Godane, tué le 1er septembre dernier par un raid américain conduit à partir de renseignements fournis par la DGSE.