Somalie : ce que l’on sait de l’attaque-suicide contre le porte-parole du gouvernement


Lecture 2 min.
Attaque en Somalie
Attaque en Somalie

Le porte-parole du gouvernement somalien, Mohamed Ibrahim Moalimuu, a été blessé dans une attaque-suicide contre sa voiture, à Mogadiscio, a annoncé, dimanche, un communiqué signé par le bureau du Premier ministre.

Une attaque a visé la voiture de Mohamed Ibrahim Moalimuu, porte-parole du gouvernement somalien, en plein centre de Mogadiscio, selon une information rendue publique, ce dimanche 16 janvier, par le bureau du Premier ministre somalien. « Le porte-parole du gouvernement fédéral somalien a été blessé dans une attaque terroriste, ses blessures ne sont pas graves et nous lui souhaitons un prompt rétablissement », lit-on dans ce communiqué.

Voiture du porte-parole du gouvernement somalien
Voiture du porte-parole du gouvernement somalien

Des témoins qui se sont confiés à l’Agence Anadolu affirment qu’un « kamikaze qui portait une ceinture explosive a visé la voiture du porte-parole alors que ce dernier s’apprêtait à monter à bord ». L’attaque a été revendiquée par les djihadistes shebab qui ont indiqué qu’elle « visait l’un des responsables du gouvernement et a été menée comme prévu », ont-ils affirmé dans un communiqué.

Ancien secrétaire général de l’Union nationale des journalistes somaliens (UNSOJ) et bras droit du Premier ministre Mohamed Hussein Roble, Mohamed Ibrahim Moalimuu a déjà échappé à plusieurs attaques suicides dans le passé. Celle de ce dimanche intervient alors que le pays traverse une crise causée par le bras de fer entre le Président Mohamed Abdullahi Mohamed et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble.

Pour rappel, le 28 décembre 2021, à la suite d’un différend au sujet des élections, le Président somalien a suspendu le Premier ministre, l’accusant d’être « lié à la corruption ». Une suspension rejetée par Mohamed Hussein Roble accusant à son tour le chef de l’Etat de chercher à « s’emparer du pouvoir du Premier ministre par la force, avec une mesure qui viole la Constitution et la loi du pays ».

A lire : Somalie : vers la fin de la crise politique ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter