Somalie : Ayaan Hirsi Ali toujours néerlandaise

Le gouvernement des Pays-Bas a décidé, lundi soir, que l’ex-députée somalienne Ayaan Hirsi Ali pouvait conserver la nationalité néerlandaise. Celle-ci lui avait été retirée parce qu’elle avait menti en remplissant sa demande d’asile.

Ayaan Hirsi Ali et Ayaan Hirsi Magan sont une seule et même personne. Le gouvernement des Pays-Bas a en effet estimé, lundi soir, que l’ex-députée d’origine somalienne n’avait pas menti sur son identité pour obtenir l’asile politique et qu’elle pouvait en conséquence garder la nationalité néerlandaise. On lui reprochait notamment de s’être présentée comme étant Ayaan Hirsi Ali, alors que le nom de son père est Magan. En fait, il s’avère que ce n’est pas illégal aux yeux de son pays natal, puisqu’il autorise à prendre soit son patronyme, soit le nom de famille de son grand-père.

Ce facteur a été retenu dans la décision gouvernementale, confirmée le lendemain dans une lettre aux députés de la ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Rita Verdonk. « En prenant tout en considération, je suis parvenue à la conclusion que la décision de naturalisation de 1997 identifie Ayaan Hirsi Ali suffisamment et qu’elle a donc bien reçu la citoyenneté néerlandaise de bon droit », indique la missive, citée par la BBC, reprenant Associated Press. Quant au mensonge sur sa date de naissance, il a été considéré comme ayant mineur. Résultat : elle retrouve sa nationalité et son passeport hollandais.

Etats-Unis or not Etats-Unis ?

Une volte-face qui a dû coûté cher à la ministre, qui avait annoncé, le 15 mai, que celle que l’on surnomme « l’insoumise de La Haye » était déchue de sa citoyenneté pour avoir menti, comme le prévoit la loi du pays. Une déclaration qui avait causé un tollé au parlement et un peu terni l’image du pays à l’étranger. D’autant que la jeune femme de 36 ans, démissionnaire en mai suite aux menaces qui pesaient sur sa naturalisation, avait déclaré lors de son investiture en 2002 qu’elle avait menti. Un aveu qui n’avait pas posé de problème aux parlementaires ni à son parti libéral de centre-droit, le VVD, auquel appartient par ailleurs Rita Verdonk.

Mardi, la fervente opposante à l’islam intégriste avait indiqué qu’elle regrettait d’avoir donné une mauvaise impression sur son identité aux autorités néerlandaises, rapporte la BBC. Toujours selon ce média, son avocat la déclare « heureuse qu’il n’y ait plus de questions concernant sa citoyenneté hollandaise ». Reste à savoir quelle décision prendra Ayaan Hirsi Ali. La scénariste de Soumission, brûlot contre l’islam qui opprime les femmes réalisé par feu Théo Van Gogh, envisageait de travailler aux Etats-Unis pour le groupe de réflexion American Entreprise Institute. Pour ne pas se retrouver sans papiers.

 Lire aussi : Ayaan Hirsi Ali déchue de sa nationalité néerlandaise