Soldats tchadiens pris pour cible : Déby tente de raisonner les Centrafricains

Le Président tchadien, Idriss Déby, a appelé samedi les Centrafricains à ne pas s’en prendre aux militaires tchadiens, déployés en Centrafrique dans le cadre de la force africaine.

Ce samedi, le Président tchadien, Idriss Déby, a, au cours d’une conférence de presse, appelé les Centrafricains à ne pas s’en prendre aux militaires tchadiens, déployés en Centrafrique dans le cadre de la force africaine.

En réalité, Idriss Déby n’a pas apprécié le fait que les unités tchadiennes envoyées en République centrafricaine, dans le cadre de l’Union Africaine (UA) soient prises à partie à tort par les anti-balaka (milices chrétiennes d’auto-défense). « Les anti-balaka considèrent les militaires tchadiens comme des musulmans qui sont venus soutenir les musulmans (…) La contribution du Tchad est essentielle pour le retour de la paix en RCA, pour que les Centrafricains recréent un nouvel Etat. C’est pour cela qu’ils n’ont aucune raison de s’en prendre aux militaires tchadiens qui sont là pour les aider à sortir de leur situation ».

Jeudi soir, des miliciens anti-balaka ont tendu une embuscade à une patrouille tchadienne dans un quartier nord de Bangui, tuant un officier et blessant plusieurs soldats. Cette attaque a été suivie de nouvelles violences dans la ville entre Séléka et anti-balaka qui ont fait une trentaine de morts, dont des deux civils chrétiens et musulmans.

Le Président Déby qui, au cours de la conférence de presse, a confirmé la mort d’un 18ème militaire tchadien en Centrafrique, a rappelé que « parmi les éléments que nous avons envoyés, un régiment de 850 hommes composé de chrétiens, de musulmans, de laïcs et de sans-religion. En fait nous sommes un pays laïc. Comment pourrait-on comprendre qu’une telle armée pourrait être en faveur d’un camp contre l’autre ».

Idriss Déby a par ailleurs rendu hommage à la France pour son intervention en RCA. « Je remercie le Président Hollande et appelle les autres Etats européens a suivre l’exemple de la France », a-t-il confié.