Situation tendue en Algérie : le Maroc de Mohammed VI mobilise son armée

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Le Maroc du roi Mohammed VI, qui suit de très près l’évolution du mouvement de protestation en Algérie, a mobilisé « l’appareil militaire, les services de renseignement ».

La situation politique en Algérie suscite de vives inquiétudes auprès des autorités marocaines. C’est ce qui ressort d’informations publiées par des sites français repris par des journaux algériens et marocains, selon qui, une déstabilisation de l’Algérie pourrait avoir de lourdes conséquences sur la sécurité et la stabilité du Maghreb et du Sahel.

Mustapha Sehimi, professeur de droit, politologue et avocat au barreau de Casablanca au Maroc, est convaincu qu’il est fondamental de ne pas « confondre réserve et indifférence ». Soulignant que « les Marocains suivent avec attention et inquiétude ce qui se passe en Algérie », l’enseignant insiste que « la crise algérienne est une question de premier plan qui mobilise en ce moment l’appareil militaire, les services de renseignement au Maroc… tout le monde est attentif ».

Dans un entretien au journal Le Monde, souligne ObsevAlgerie, Mustapha Sehimi met en garde que « si la crise s’aggrave, il pourrait y avoir une forte pression migratoire au niveau d’Oujda, à la frontière, où beaucoup d’Algériens ont encore de la famille, et il sera difficile de les refouler ». Avis que partage largement l’écrivain Tahar Ben Jelloun qui a confié au site Le360 que « les Marocains suivent avec attention et inquiétude ce qui se passe en Algérie. L’espoir, c’est que le peuple algérien soit entendu et respecté par un pouvoir qui l’a tant ignoré ».

A lire : Algérie : Bouteflika prolonge son 4e mandat

En Algérie, des manifestations contre un cinquième mandat présidentiels ont vu le jour depuis le 22 février. Ils sont des milliers d’Algériens à déferler, chaque jour, dans les rues de ce pays d’Afrique du Nord. Absent du pays depuis le 24 février pour des examens médicaux périodiques en Suisse, le Président Abdelaziz Bouteflika est rentré ce soir en Algérie où la tension est encore vive, avec une protestation qui n’a cessé d’enfler au fil des jours.