Sierra Leone : le médecin spécialiste du Ebola succombe au virus

Sheik Umar Khan a succombé au virus Ebola. Le médecin sierra-leonais était le seul spécialiste du virus.

Le Ebola n’épargne pas non plus les médecins et spécialistes en contact avec les malades. Malgré toutes les protections qu’ils enfilent, ils sont également très vulnérables. Sheik Umar Khan, qui soignait les malades en Sierra-Leone, l’a payé de sa vie. Le médecin et seul spécialiste du pays du Ebola a succombé à son tour, mardi, après avoir été infecté par la maladie.

Le virologue était âgé de 39 ans et avait été désigné par Médecins sans frontière comme le seul spécialiste du Ebola en Sierra Leone, considéré désormais comme l’épicentre de l’épidémie par l’ONG. Il avait récemment été diagnostiqué comme ayant contracté la maladie et transféré dans un centre de soins géré par Médecins sans frontières dans le nord du pays. Selon le quotidien britannique The Gardian, désigné comme « un héros national » par le ministère de la Santé, le médecin sierra-leonais a rendu l’âme le jour même où il devait recevoir la visite de son président, Ernest Bai Koroma, de passage dans le centre où il exerçait, à Kailahun, dans l’est de la Sierra Leone.

En attendant, le Ebola continue de se propager. Selon Médecins sans frontières, l’épidémie est devenue incontrôlable en Afrique de l’Ouest, où tous les pays de la région sont menacés. Au Nigeria, la panique commence à s’emparer de la population après qu’un Libérien infecté par la maladie, arrivé dans le pays, ait été mis en quarantaine. D’autres professionnels de santé que le docteur Cheik Umar Khan pourraient bien être condamnés aussi par le Ebola. Un médecin canadien, en effet, de retour samedi du Liberia, a également été mis en quarantaine à son domicile de Vancouver. Il était rentré en contact avec deux humanitaires américains, dont l’un d’eux est très faible et malade, selon ses proches. Ils ont tous les deux aussi été placés en quarantaine au Liberia.

A ce jour, le Ebola a fait 672 morts, selon le dernier bilan de Médecins sans frontières. Un bilan qui devrait sans doute être revu à la hausse.