Sénégal : Youssou Ndour en route vers la présidentielle

La star internationale de la musique sénégalaise, Youssou Ndour, qui a annoncé qu’il se libérait à partir du mois de janvier pour entrer en politique, poursuit sa démarche pour se présenter comme candidat à l’élection présidentielle au Sénégal.

Au Sénégal, l’influence des religieux et des confréries maraboutiques est loin d’être neutre en période d’élection. On se souvient qu’Abdoulaye Wade au lendemain de son élection, en 2000, s’était rendu à Touba pour se prosterner devant son marabout, Serigne Saliou Mbacké, alors khalife général des mourides. Ces derniers mois encore, la plupart des grands candidats de l’élection présidentielle de février 2012 sont allés à Touba, capitale du mouridisme pour solliciter des soutiens (Lire l’article Sénégal : La course au ndigueul). Dans cette optique, la récente révélation de Leral.net qui affirme que Youssou Ndour serait soutenu par plusieurs des petits fils de Serigne Touba est loin d’être neutre sur les possibles intentions du chanteur et sur ses chances de remporter le scrutin.

Mbaye Jacques Ndiaye, l’avocat de Youssou Ndour, a déclaré à RFI la semaine dernière qu’il avait récupéré un dossier de candidature pour l’inscription à l’élection présidentielle. Un premier pas rapidement suivis d’un autre, puisque le chanteur a effectué une alliance avec Bara Tall, ancien magnat du BTP, membre du M23 et président du mouvement Yamalé. Bara Tall a récemment été blanchi dans l’affaire des chantiers de Thiès, après ce que l’opposition a dénoncé comme étant un procès politique (lire l’article La liberté pour Bara Tall ) : «Voilà quelqu’un qui pouvait, avec son statut, avec tout ce qu’il a réalisé, vivre n’importe où dans le monde. Il a opté de rester pour le Sénégal. Je crois avoir fait la même chose. On ne peut pas changer de pays, donc s’il le faut, nous changerons le pays», a déclaré Youssou Ndour à RFI.

Pas à pas, Youssou Ndour rencontre, discute, et avance vers l’élection. Sa décision et sa stratégie définitive sera annoncé le 2 janvier 2012 « Nous avons des stratégies, nous discutons d’ores et déjà, vous savez que nous sommes engagés et déterminés pour le pays, et le 2 janvier, je pense que les gens, sauront, inch’allah, ce qu’on va faire par rapport à la candidature. » a-t-il déclaré, toujours sur RFI.

Fort de soutiens de plus en plus nombreux, Youssou Ndour va sans doute confirmer ce qu’il avait annoncé lors de l’inauguration du siège de son mouvement citoyen : « Je ne laisserai pas la situation de mon pays, que je n’ai pas quitté pour d’autres destinations, se détériorer. J’ai toujours cru en lui. L’avenir confirmera le respect et l’attachement que j’ai pour notre pays et notre peuple. L’histoire le dira, j’en suis convaincu. Incha Allah, je jouerai ma partition. »

Lire aussi :

 Youssou Ndour dans l’arène politique

 Sénégal : La course au ndigueul