Sénégal : vers la fin des « talibés » ?

Le président sénégalais Macky Sall a ordonné de mettre fin à la mendicité organisée des enfants, appelés localement « talibés » et estimés à plusieurs dizaines de milliers dans les rues des grandes villes, menaçant de sanctions ceux qui poussent les mineurs à quémander.

Le sort des « talibés » ses enfants des rues dont la mendicité est exploitée par les « Maître » des écoles coraniques qui sont censés leur enseigner la religion, constitue un des scandales les plus largement réprouvés par la population sénégalaise. La prise de position ferme de Macky Sall rejoint ainsi le sentiment exprimé par la plupart de ses concitoyens.

« J’ai donné des instructions très fermes au gouvernement pour mettre un terme à cette image insoutenable d’enfants abandonnés dans la rue comme « talibés », a déclaré le président Sall devant la presse après la grande prière à l’occasion de l’Aïd el-Fitr marquant la fin du ramadan.

« Ce n’est pas parce qu’ils sont issus de milieux pauvres ou modestes qu’on doit les laisser à la merci de la rue« , a-t-il dit.

Auparavant, le 1er juillet, il avait annoncé sur Twitter avoir « ordonné le retrait d’urgence des enfants des rues » dans le cadre de « la protection des droits de l’enfant et groupes vulnérables« .

Selon une étude officielle réalisée en 2014, plus de 30.000 « talibés », dont beaucoup originaires des pays voisins, mendient chaque jour rien qu’à Dakar, la capitale, pieds nus et en haillons.Ils ont été confiés à des religieux au sein d’écoles coraniques, les « daara », qui les exploitent en les forçant à mendier et à rapporter à leurs mentors les fruits de la générosité des Sénégalais qui les prennent en pitié.

Une loi de 2005 interdit pourtant la mendicité forcée et punit ses auteurs de deux à cinq ans de prison et d’amendes. Déjà Abdoulaye Wade avait engagé le combat contre cette pratique scandaleuse avant de devoir renoncer à sévir sous la pression de certains milieux religieux.

La déclaration de Macky Sal, pour fondée et juste qu’elle paraisse, constitue donc aussi un acte de courage, et la date choisie pour affirmer cette position ferme est donc tout sauf de hasard. « Tout le pays doit se mobiliser » contre la mendicité des enfants, « ce n’est pas une question religieuse, puisque les vrais daara qui enseignent le Coran ne laissent pas leurs talibés traîner jour et nuit dans les rues… Cela n’a rien à voir avec l’islam« , a affirmé solennellement le président du Sénégal.