Sénégal : une veuve de maître Sèye refuse l’amnistie des assassins de son mari

Gnagna Diouf Sèye, une veuve de Me Babacar Sèye, vice-président du Conseil constitutionnel tué le 15 mai 1993, refuse l’amnistie des assassins de son mari, option suggérée par les autorités pour ne pas « réveiller des souvenirs douloureux pour la famille et les proches du défunt ». Gnagna Diouf Sèye estime, dans un courrier envoyé à la présidence : « Ceux qui l’ont assassiné et fait assassiner (…) n’ont pas le droit de dormir en paix en se réfugiant derrière une loi d’amnistie ». Et de se demander : « Aujourd’hui, cherche-t-on à protéger tous ceux qui, de près ou de loin, ont été mêlés à cet odieux crime ? »