Sénégal : une grève pour faire baisser les prix du carburant !

Alors que la quasi-totalité des pays du globe ont fortement baissé leurs prix du carburant, le Sénégal traîne les pieds et maintient ses anciens tarifs. De quoi déclencher la colère des transporteurs qui menacent le gouvernement d’aller en grève, si rien n’est fait.

A Dakar,

Les cours du pétrole sont au plus bas. Les pays producteurs de pétrole, dont les deux géants africains, l’Algérie et le Nigeria, sont aux abois. Le baril de pétrole est en effet passé de quasiment 200 dollars à environ 30 dollars; une chute vertigineuse qui a entraîné une baisse conséquente des prix du carburant dans tous les pays de la planète. Si par exemple, en Côte d’Ivoire et même les autres pays de la sous-région, les prix à la pompe ont suivi la tendance à la baisse des prix du baril du pétrole qui ne font que dégringoler depuis quasiment un an, au Sénégal, une seule baisse a été opérée par le gouvernement, et qui a été d’environ 100 FCFA sur le gazole et sur le super. De quoi créer l’ire des transporteurs, qui, marre de devoir faire face à un régime « sans pitié pour les Sénégalais » imposent un bras-de-fer. C’est ainsi que la bande à Gora Khouma, patron du Syndicat des transports routiers, a menacé de paralyser le secteur, début février, si l’Etat ne baisse pas de façon substantielle, les prix du carburant à la pompe.

« Du cynisme de la part de Macky Sall et de son gouvernement »

Outre cette grève des transporteurs, le commun des Sénégalais ne comprend pas le « cynisme » de Macky Sall et de son gouvernement. C’est le cas de Mamadou Fall, opérateur économique, qui crie sa colère face à l’inaction de l’Etat du Sénégal. « Même si les cours du pétrole n’avaient pas baissé, Macky Sall devait imposer une chute des prix du carburant au Sénégal. Car c’est sur ce chapitre de la baisse des prix du carburant, donc de quasiment toutes les denrées qu’il était le plus attendu par les Sénégalais. D’autant qu’il en avait fait un slogan de campagne électorale. Mais rien de tout cela. Et je me rends compte que l’occasion a été offerte au Président de faire bénéficier à son peuple des retombées de la chute des cours du pétrole et le chef de l’Etat n’impose pas cette baisse des prix au Sénégal, je me dis que c’est du cynisme de la part de Macky Sall et de son gouvernement. Oui, il faut être méchant pour ne pas donner à son peuple ce qu’il mérite de droit. Ce régime est sans pitié pour les Sénégalais », confie M. Fall

« Le prix de l’électricité ne fait que grimper »

Pour sa part, Fatou Thiam, commerçante est d’avis que « l’Etat du Sénégal n’a rien fait pour baisser les prix du carburant. Donc si le pétrole chute, Macky Sall et son gouvernement ont l’obligation de faire baisser les prix du carburant de façon conséquente. Je dis bien obligation. Au contraire, j’entends dire que l’Etat a économisé plus de 30 milliards sur le carburant. Mais cette économie soi-disant réalisée sur la SENELEC (société d’électricité, ndlr) est de l’arnaque, de la trahison, car Macky était attendu sous un autre chapitre. A la limite, c’est le sang des Sénégalais qu’ils sont sont en train de sucer. On s’attendait à ce que le Président fasse baisser les prix de toutes les denrées de façon conséquente, ce qui n’a pas été le cas. Au contraire, le prix de l’électricité ne fait que grimper. Les prix des denrées de première nécessité ont faiblement baissé, alors que les cours du pétrole ont chuté de façon drastique, entraînant avec eux la forte baisse des prix des biens et services dans le monde. Au Sénégal, rien ».

« Si Macky Sall pense avoir la confiance des Sénégalais…»

Ousmane Diamé, étudiant, lui, est d’avis que « Macky Sall n’a pas de conseillers ». Il se demande « sur quelles bases le patron de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) compte se faire réélire ». Pour lui, « un Président n’est reconduit que si son peuple est satisfait. Et je me demande en quoi le peuple sénégalais est satisfait de ce que fait ou a fait Macky Sall, depuis qu’il est Président. On ne me dira pas que ce sont les faibles baisses des denrées ou la baisse insignifiante du prix du gazole qui est passé de 792 FCFA en 2012 à 690 FCFA en 2015, après trois ans de mandat, alors que le baril du pétrole a plus que chuté. Aujourd’hui, le litre de gazole devait avoisiner les 300 FCFA au Sénégal, mais rien. Macky et son gouvernement doivent se demander ce qu’ils ont fait pour tous les Sénégalais, de façon concrète. Je ne parle pas de ces fameuses bourses dites de solidarité dont la destination des sommes astronomiques n’est pas certifiée et qui ne peuvent aider aucun ménage à s’en sortir, car insignifiant. Je parle de choses concrètes qui profitent à tous le Sénégalais, sans exception : des denrées de première nécessité, du carburant dont les prix devraient chuter. Oui chuter. Hélas ! Si Macky Sall pense avoir la confiance des Sénégalais, il se trompe lourdement. Je me demande si le Président n’est pas amnésique. Wade est un cas d’école. Il a fait beaucoup de réalisations, offert beaucoup d’argent au peuple, mais il a été évincé. Il y a eu certes le cas de son fils qu’il voulait imposer, qui a pesé sur la balance, mais aussi le carburant qu’il n’a pas voulu baisser lors de son second mandat l’a coulé. Car, du carburant dépendait tous les biens. Et Wade nous a laissé avec une vie chère. Et sur ce chapitre que le peuple attendait le plus Macky Sall. Dommage qu’il passe à côté. Macky a encore le temps de se ressaisir et de faire baisser cette vie chère aux Sénégalais, si bien entendu il veut gagner leur confiance ».

Pour l’heure, le Syndicat des transports routiers affilié à la Cnts/Fc a déposé un préavis de grève couvrant la période du 1er au 3 février prochain. Une décision du syndicat dirigé par Gora Khouma à laquelle adhère le Syndicat des professionnels des transports routiers du Sénégal (Sptrs), dirigé par le Secrétaire général Fallou Samb. Mais Gora Khouma dit attendre « connaître le montant de la baisse. On ne sait pas si ce sera 150 FCFA sur le litre. De toute façon, nous attendons samedi pour voir quelle conduite tenir ».