Sénégal : Thiès vibre aux rythmes de la finale Diakhao / Ngalam


Lecture 4 min.
Les couleurs de l'ASC Ngalam
Les couleurs de l'ASC Ngalam

La ville de Thiès (70km de Dakar) vibre ce samedi 11 décembre sous les rythmes fous du football. Deux équipes de quartiers populaires qui s’affrontent en finale de phases zonales. Diakhao avec son effigie aux couleurs vert-blanc, affronte Ngalam aux couleurs… françaises. Comprenez le bleu, le blanc et le rouge. Les enjeux semblent énormes, compte tenu de l’ambiance qui régnait dans les deux quartiers où AFRIK.COM s’est rendu.

L’on croirait que le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, est en visite dans ce quartier populaire de la Capitale du Rail qu’est Thialy. Zone jadis habitée uniquement par des Sérères, aujourd’hui véritable creuset qui réunit toutes les ethnies. Non, Macron n’est pas attendu, encore moins un officiel français. Les drapelets bleu-blanc-rouge qui ornent toute la route qui mène au village Mont-Rolland ne sont rien d’autre que l’effigie d’une équipe du quartier Thialy : l’ASC Ngalam. Les enfants de bas âge, jeunes et moins jeunes, tous s’ambiancent sous différentes sonorités. A chaque coin de rue, on tente d’animer et d’encourager son équipe qu’on veut porter à la victoire.

Cheikh Diop« Diakhao est de loin plus forte que Ngalam. Il n’y a même pas photo entre les deux équipes. J’entends certains parler de 50/50 s’agissant des chances des deux équipes, mais ils n’ont rien compris. Ce sont certainement des supporters de Ngalam qui veulent galvaniser leurs troupes, tout en étant conscients que Diakhao est de loin meilleure comme équipe et fera une promenade sur son adversaire du jour. A ceux-là, je leur réponds que le match de ce samedi, c’est du 90/10. L’ASC Ngalam a seulement 10% de chance de gagner ce duel qui sera en faveur de l’équipe de Diakhao », lance Cheikh Diop, coiffeur, qui était à bord de sa moto.

Abdou Faye devant son étal de siffletsCet avis est loin d’être partagé par Abdou Faye, lui qui est venu spécialement de Dakar pour assister à ce match qui se joue à 21h00 GMT, au stade Maniang Soumaré de Thiès. Vendeur ambulant, le sieur Faye n’a pas manqué de saisir l’opportunité pour écouler ses sifflets et autre vuvuzela miniatures, comme de petits pains. Côté ambiance, il faut dire que les deux quartiers se valent quasiment. Les gosses sifflaient à tout-va, créant un vacarme indescriptible. L’ambiance était à la fête. La fête du football. « Je n’ai aucun doute sur la victoire de mon équipe, l’ASC Ngalam, qui fera de Diakhao une seule bouchée », lance confiant Abdou Faye, les écouteurs pendant du côté des oreilles.

Pour Cheikh Diop, « Diakhao, qui a été plusieurs fois vainqueur de la Coupe du Maire, vainqueur de phases zonales et de départementales, n’est pas l’égal de Ngalam. Les gens peuvent se permettre de rêver. Mais je peux vous assurer que la coupe dormira à Diakhao cette nuit ». Une seule coupe et deux sérieux prétendants. Du moins chez les supporters, puisque Abdou Faye se dit lui aussi convaincu que cette coupe va revenir à son équipe. « Aller au stade, remporter la coupe, revenir au quartier pour ambiancer avec les autres jusqu’au petit matin, me reposer demain dimanche. A mon réveil, se retrouver autour d’une bonne tasse de thé et poursuivre la fête. Lundi, très tôt, je quitte Thiès pour rallier Dakar et démarrer une bonne semaine », a détaillé Abdou Faye.

Ambiance à Thiès Les enfants autour des sifflets

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter