Sénégal : retour sur le lynchage de Macky Sall à l’UCAD

En visite à l’UCAD (Université Cheikh Anta DIOP) à Dakar, le Président sénégalais, Macky Sall, a été accueilli par des jets de pierres lancées par des étudiants mécontents.

Macky Sall serait-il persona non grata à l’UCAD ? En tout cas, tout porte à le croire. En visite à l’université Cheikh Anta Diop, le 31 juillet 2015, pour rencontrer la communauté estudiantine et inaugurer plusieurs chantiers sur place, le Président sénégalais a joué sur tous les fronts pour charmer les étudiants.

Dans un discours prononcé devant la communauté estudiantine de l’université, Macky Sall déroule son plan ambitieux de 34 milliards de dollars pour « la réhabilitation des grands amphithéâtres, de l’auditorium, de l’Office du baccalauréat et du Rectorat de l’UCAD ». Dans son discours, Macky Sall loue la qualité de l’enseignement dispensé à l’UCAD.

« L’UCAD a maintes fois donné la preuve de la qualité de ses enseignements, comme le démontrent vos brillants résultats au CAMES et la réussite de plusieurs générations d’étudiants. Nous allons, évidemment, poursuivre ensemble cet effort et maintenir le cap de l’excellence », martèle le Président.

Macky Sall ne cache pas ses ambitions pour l’Université Cheikh Anta DIOP. Il souhaite que celle-ci rejoigne le top des 100 meilleures universités du monde. « Mon ambition est que la mère des universités francophones rejoigne, à l’horizon 2025, le top des 100 meilleures universités mondiales. Dans ce sens, j’ai créé, cette année, 200 postes d’enseignants chercheurs dont la moitié revient à l’UCAD ».

Mais le discours du Président semble être tombér dans l’oreille d’un sourd et n’a pas pu consoler les centaines d’étudiants en colère qui sont venus manifester leur mécontentement, de manière virulente. Il est 18h00. Le Président finit son discours et se dirige au pavillon A pour revisiter la chambre 168 A qu’il occupait alors qu’il était étudiant.

Mais face à une foule d’étudiants très remontés, le Président aura droit à des jets de pierre. De source proche, les forces de l’ordre ont répliqué à leur tour larguant des bombes lacrymogènes aux étudiants. Il s’ensuit une situation de panique générale qui a fini par complètement perturber l’agenda de Macky Sall lors de cette visite.

« Le Président sort indemne de cette agression »

Le président est sorti indemne et n’a pas été touché par les jets de pierre, affirment ses proches. « Les jets de pierre contre le président de la République, vendredi dernier, à l’université Cheikh Anta Diop, ne l’ont pas affecté », rapporte Mamadou Thiam, conseiller en Communication du président. Pour ce dernier, l’accueil tendu réservé à Macky Sall n’était pas une surprise.

« En allant à l’UCAD, le chef de l’Etat savait qu’il allait rencontrer des difficultés. Il est parti parce qu’il est le chef de famille et il doit veiller sur chaque membre, sur chaque catégorie de sa famille. Ceux qui l’applaudissaient, tout comme ceux qui lui jetaient des pierres vendredi dernier », ajoute Mamadou Thiam.

La réaction du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Après l’arrestation de cinq étudiants le jour-même, la police a procédé à l’interpellation d’El Hadji Thiaw, responsable du Mouvement des élèves et étudiants libéraux (MEEL). Une interpellation dénoncée par le PDS, parti de l’opposition. Selon Oumar Sarr, porte-parole du PDS, il s’agit d’un « gangstérisme policier ».

Au milieu de l’effervescence et de la tension, le collectif des élèves et étudiants régionaux (MEER) joue la carte de l’apaisement, en appelant au calme et en prenant du recul par rapport aux actions du MEEL. « Que le président de la République lui-même vienne à la rencontre des étudiants pour s’enquérir de la situation devait être apprécié autrement que par des jets de pierre », s’insurge le MEER dans un communiqué. En attendant la suite des événements, Macky Sall n’oubliera pas si vite son périple à l’UCAD.