Sénégal, profanations de cimetières : l’Eglise veut que l’enquête soit menée à son terme

Théodore Adrien Sarr, le chef de l’église sénégalaise, a saisi l’occasion de la fête de la Toussaint pour demander à la justice de poursuivre les enquêtes ouvertes suite à la profanation de tombes dans les cimetières chrétiens. Le cardinal s’est désolé de la profanation des tombes aux cimetières des chrétiens de Dakar

(De notre correspondant)

La célébration de la fête de la Toussaint a été une occasion pour l’archevêque de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr, de demander à ce que les enquêtes ouvertes suite à la profanation de tombes dans les cimetières chrétiens soient menées jusqu’au bout : « L’Eglise, par ma voix, demande avec insistance aux autorités compétentes que les enquêtes ouvertes soient menées jusqu’à leur terme pour l’identification et la punition des personnes reconnues coupables de ces actes de vandalisme dans les cimetières de la région de Dakar », a-t-il demandé.

Selon le cardinal Théodore Adrien Sarr, « c’est toute notre communauté qui a été également profondément blessée par ces actes, qui sont une injure et une attaque contre elle-même ». Devant les fidèles catholiques, le cardinal Théodore Adrien Sarr s’est ému de la gravité des faits : « Ce sont plus de 222 familles qui ont été profondément blessées par cette grave injure envers leurs morts, au respect et à l’affection qu’elles leur ont portés en édifiant leurs tombes. C’est toute notre communauté qui a été également profondément blessée par ces actes (…). C’est pourquoi je les déplore et les condamne avec véhémence, à mon tour. Ces actes sont une preuve supplémentaire de la grande perte de valeurs et de la grave dépravation des mœurs dans notre société », note le chef de l’Eglise catholique sénégalaise.

L’ancien ministre de l’Intérieur, Mbaye N’diaye, avait annoncé l’arrestation d’un individu de confession chrétienne qui aurait participé à la profanation des tombes. Le ministre de l’Intérieur avait requalifié ces actes de vols de croix en bronze, au lieu de profanations de cimetières. Il est soutenu dans cette déclaration par l’archevêque de la région de Thiès, qui parle aussi de vols.