Sénégal : Macky Sall demande à son Premier ministre de réglementer le prix des loyers

Le prix des loyers devient de plus en plus cher au Sénégal. Sans compter l’anarchie qui secoue le secteur. Ce fléau est l’une des raisons du départ de l’ancien président Abdoulaye Wade dont on accuse d’être le grand immobilier de Dakar. Son successeur, Macky Sall, en conseil des ministres, a demandé au Premier ministre d’assainir le milieu et de réglementer le prix de location et d’achat.

(De notre correspondant à Dakar)

A Dakar, la location d’une simple chambre est hors de prix. Les studios coûtent encore plus chers. Et si vous tombez sur un courtier, il vous faudra débourser davantage d’argent. L’ancien régime avait tenté à maintes reprises de réglementer le secteur de l’immobilier, en vain. Cette hausse vertigineuse des prix de location et d’achat fait partie des raisons du départ de l’ancien président Abdoulaye Wade à la tête de l’Etat, car il a été fortement sanctionné à la présidentielle de 2012.

D’aucun pense même, que la plupart des ministres et directeurs généraux seraient des propriétaires de plusieurs immeubles mis en location et la famille du président était citée directement. Dans la traque des biens mal acquis, certains anciens dignitaires du régime libéral, de l’ancien président Abdoulaye Wade, ont été accusés d’avoir acquis ces immeubles d’une manière illicite

Hier, jeudi 2 mai, en conseil des ministres, le Chef de l’Etat sénégalais Macky Sall a demandé au gouvernement de mettre en œuvre une politique de régulation appropriée pour faire face efficacement aux spéculations de toute nature qui compromettent l’équilibre objectif du marché de l’immobilier au Sénégal. A cette fin, le Président de la République a invité le Premier ministre à finaliser, en rapport avec les associations des consommateurs, la mise en place de l’Observatoire national de la consommation pour suivre les prix des denrées et services essentiels ; une structure qui sera rattachée à la Primature.

Le président Macky Sall a également indiqué que le Premier ministre présidera, désormais, chaque trimestre, le Conseil national de la Consommation ; le Ministre de l’Economie et des Finances et le ministre du Commerce en assureront conjointement le secrétariat technique. Les gouverneurs et préfets présideront la présidence des Conseils au niveau des régions et départements. Par ailleurs, le président de la République a demandé au Premier ministre d’engager la restructuration opérationnelle de l’Agence de régulations des marchés qui, en coordination avec les organismes publics de gestion de la sécurité alimentaire, doit promouvoir davantage la production et la consommation locale, mais aussi agir sur les marchés des différents produits, pour favoriser une politique optimale des prix.

Cette réforme permet aussi la consolidation du pouvoir d’achat des populations et la satisfaction des consommateurs selon le communiqué de la présidence de la République sénégalaise.