Sénégal-Locales : Macky Sall joue, perd et… sanctionne

Moins d’une semaine après la débâcle aux élections locales alors que le parti présidentiel perdait trois villes-clé à savoir Dakar, Ziguinchor et Thiès, Macky Sall se sépare de son Premier ministre. Afrik.com revient sur des faits qui auraient grillé le chef d’Etat sénégalais et son parti.

Aminata Touré dit Mimi Touré n’est plus le chef du gouvernement sénégalais. Elle a été remerciée, ce vendredi, par le Président sénégalais, Macky Sall. Ce limogeage serait le conséquence directe de la cuisante défaite de la Première ministre qui s’est inclinée, et lourdement même, face au maire de Dakar sortant, Khalifa Sall. Pourquoi Macky Sall a ainsi perdu dans la capitale Dakar, dans des villes stratégiques comme Thiès et Ziguinchor ?

Passage rapide de l’espoir au désespoir

Selon toute vraisemblance, Macky Sall est en train de subir le même sort que son prédécesseur Abdoulaye Wade. Sauf que, contrairement au pape du Sopi (Wade) qui a eu quelques sept années de grâce, le patron de l’Alliance pour la République, Macky Sall, n’en a pas eu deux. Que s’est-il passé pour que beaucoup les Sénégalais, qui avaient accordé plus de 62% de leur vote à Macky Sall, il y a à peine deux ans, préfèrent retirer leur confiance et la réaffecter à Khalifa Sall (Dakar), Idrissa Seck (Thiès) et autre Abdoulaye Baldé (Ziguinchor). Le peuple, ou du moins une bonne partie, semble passer de l’espoir au désespoir, après seulement 27 mois de magistère de celui a fait espérer les Sénégalais, Macky Sall. Le passage de la phase espoir (Bokk Yaakaar) au désespoir (Tass Yaakaar) a été très prématuré. Et pourquoi donc ?

Cascade de promesses non tenues

Les résultats de ces élections locales sont on ne peut plus édifiants : les Sénégalais savent donner leur confiance certes, mais aussi, ils savent la retirer quand il le faut. Pour le commun des Sénégalais, « Macky Sall n’a pas tenu ses promesses électorales de baisser le prix des denrées de première nécessité de façon conséquente, comme il l’avait annoncé partout où il est passé durant la campagne présidentielle de 2012, alors qu’il se pavanait avec un sac de riz vide, promettant une forte baisse de cette denrée devenue trop cher pour le peuple ». Pour le citoyen lambda, il ne s’attendait pas à cette faible baisse de l’ordre de 10% sur le prix du riz qui a triplé en 12 ans, au moment où le prix du lait en poudre a grimpé sous le règne de Macky Sall, passant de 3 000 FCFA (4,3 euros) le kilo en 2012 à 4 000 FCFA (6 euros) en 2014. C’est à croire que « Macky Sall est amnésique ». Idem pour les prix du carburant que Macky Sall, qui trouvait « scandaleux que le Mali se ravitaillait au Sénégal pour aller le revendre beaucoup moins cher », n’arrive toujours pas à faire baisser le coût de l’essence et du gasoil. Le Sénégalais n’arrive toujours à joindre les deux bouts et dans ses allocutions, Macky Sall ne parle plus de baisse conséquente du prix de ces denrées dont il avait fait la promesse. Et c’est dans ce contexte qu’il a lâché ses « protégés » battre campagne pour les Locales.

Campagne effectuée sur fond de délestages intempestifs

C’est donc avec des promesses faites par Macky Sall, et qui n’ont pas été tenues, que la bande à Aminata Touré, Thierno Alassane Sall et autre Benoît Sambou sont allés, respectivement, à la conquête des villes de Dakar, Thiès et Ziguinchor. Sur place, en pleine campagne pour les Locales, ces poulains de Macky Sall ont rencontré outre l’adversaire redoutable « promesses non tenues », un véritable challenger : les coupures d’électricité. En effet, c’est dans une ambiance de délestages intempestifs que tous les candidats aux Locales ont battu campagne. La plupart d’entre eux se pavanaient armés de groupes électrogènes et de projecteurs puissants pour éclairer les lieux de rencontre avec les citoyens pour les convaincre de voter. Et, de toute évidence, la tâche revenait très lourde aux partisans de Macky Sall de convaincre les populations à voter pour celui qui n’a pas tenu ses promesses de 2012 et qui veut bénéficier d’un nouveau crédit, « au moment où il n’est pas capable de leur fournir suffisamment d’électricité ».

« Le responsable n’est autre que Macky Sall »

Les jeux étaient déjà faits, et les populations, en « molestant Mimi Touré, Thierno Alassane Sall et autres Benoît Sambou, se disent qu’ils sanctionnent Macky Sall, comme ils l’ont fait avec Wade aux Locales, en prélude de la Présidentielle de 2012. Il est clair que c’est au Premier ministre de déterminer la politique de son gouvernement, mais faudrait-il que le Président fixe les priorités. Et aujoud’hui, Macky ne parle plus de baisse des denrées et du carburant, Il sert des projets comme Plan Sénégal Emergent, couverture maladie universelle. C’est bien beau tout ça, mais qu’il tienne parole, en baissant les denrées et le carburant de façon conséquente, autrement, il le paiera cash en 2017. Car si Wade, qui a fait beaucoup plus réalisations que lui, et a partagé sa fortune, notamment ses fonds politiques, avec le peuple, a été évincé, combien de fois Macky Sall qui n’a encore rien prouvé et qui est incapable de faire rêver les Sénégalais. Espérons que Macky Sall comprenne ce message passé à travers ces Locales. Car, même avec un Matteo Renzi comme Premier ministre et Dominique Strauss-Kahn comme ministre des Finances, Macky Sall, compte tenu du contexte du moment, allait perdre les Locales. Car, ce n’est pas une question d’homme ou de moyens, mais une question de parole, de promesses non tenues. Et le responsable n’est autre que Macky Sall », confie cet observateur de la scène politique sénégalaise.