Sénégal : les associations contre les sites pornographiques

De plus en plus, des sites pornographiques envahissent l’espace médiatique Sénégalais. L’association africaine pour la défense des droits des enfants souhaite l’application de la loi afin d’interdire au Sénégal l’accès aux sites pour adultes, a déclaré Massamba Mbaye, son président mardi à Dakar.

(De notre correspondant)

Face à la presse sénégalaise, le président de cette association n’a pas mâché ses mots : « Nous voulons que les autorités de notre pays appliquent la loi pour bloquer l’accès aux sites pornographiques, que cela concerne les sites qui sont hébergés par des serveurs basés au Sénégal ou à l’extérieur. Ces sites doivent être fermés. On ne doit pas permettre l’usage de ces sites dans notre pays », a-t-il demandé.

Une pétition contre la diffusion des films x

L’association africaine pour la défense des droits des enfants a une autre forme de lutte, celle d’informer et de sensibiliser les populations sur « les méfaits » de la consultation des sites pornographiques. Ce qui constitue « une violation des lois et règlements du pays », a-t-elle indiqué, estimant que « les auteurs doivent être punis ». L’organisation a aussi annoncé sur le site gouvernemental que son association fait circuler présentement une pétition, et compte faire le tour des foyers religieux du pays et toucher les leaders d’opinion pour une large sensibilisation sur les dangers des sites pour adultes.

L’association africaine pour la défense des droits des enfants, à travers sa pétition, demande aux autorités sénégalaises de bloquer la consultation des sites pornographiques dans le pays. Au mois de juin, l’association des ambassadeurs de la paix avait plaidé pour la fermeture des sites pour adultes et l’interdiction des certains films à la télévision nationale sénégalaise. Cependant, aucune réaction des autorités n’a été notée à la suite de cette série de contestations.

Lire aussi :

 Danse sénégalaise : la dérive pornographique

 Sexualité précoce au Sénégal : le revers de l’occidentalisation ?