Sénégal : le président Macky Sall annonce la poursuite des dossiers des biens mal acquis

Depuis quelques années, le Sénégal est miné par des activités illicites telles que, le trafic de la drogue et le détournement des biens publics. Le président Macky Sall vient de leur déclarer la guerre « ils seront traqués jusqu’à leurs derniers retranchements ».

(De notre correspondant)

Cela fait six mois, que la justice sénégalaise est à la trousse des présumés auteurs des biens mal acquis. Une dizaine de ministres et directeurs de sociétés nationales sont visés, certains séjournent actuellement en prison, et d’autres sont mis en examen.

A la fin de la prière du vendredi 26 octobre, le président Macky Sall se voulait catégorique : « Ceux qui veulent être des milliardaires sans travailler évidemment, ceux-là auront des problèmes. Ceux qui pensent d’ailleurs également, peut-être qu’ils me sont proches ou qu’ils sont dans les environs du pouvoir, que par le trafic d’influence on peut s’enrichir, ceux-là doivent faire très attention car ils seront traqués jusqu’à leurs derniers retranchements ».

Récemment, certains responsables politiques de l’opposition ont déclaré que depuis l’arrivée du président Macky Sall au pouvoir, l’argent ne circule pas au Sénégal. La réponse du président ne se fait pas attendre : « Ceux qui disent que l’argent ne circule pas, ce sont peut-être ceux qui avaient de l’argent et qui n’en ont plus. Mais ceux qui avaient de l’argent mal acquis, cet argent là, avant d’aller désormais le chercher, ils réfléchiront par deux fois avant de commettre ces actes. Que personne ne vienne voir un homme d’affaires, un homme politique ou un chef religieux pour lui dire que je peux vous emmener chez le président, il peut faire ceci, il peut faire cela. Ce sont des actions qu’il faut bannir, je n’ai envoyé personne ».

Bertrand Touly, le président directeur général de Lamantin Beach hôtel, deux douaniers et le promoteur de la lutte avec frappe sénégalaise Luc Nicolaï ont été placés sous mandat de dépôt, par le procureur. Ils sont poursuivis pour les délits d’association de malfaiteurs, de corruption active, d’entrave à la justice, de détention de drogue, d’escroquerie et de faux et usage de faux en écriture.

Avant l’arrivée du président Macky Sall, plusieurs Sénégalais se plaignaient du comportement des gendarmes jugés corrompus et de décisions des tribunaux souvent dictées par les proches des anciens régimes. Cette déclaration du président est perçue par beaucoup de Sénégalais comme une rupture.

Dans cette lutte contre l’impunité et la mal gouvernance, le Sénégal est soutenu par la France. Le Président de la République française, François Hollande, de passage à Dakar, a donné son accord pour le rapatriement des biens mal acquis, logés dans des banques françaises par les anciens dignitaires du défunt régime qui s’élèveraient à plus de 400 milliards de FCFA (soit 609 796 068 euros).