Sénégal : Le « périple religieux » d’Abdoulaye Wade

Pour lancer sa campagne du second tour, Abdoulaye Wade s’est rendu, jeudi 8 mars à Touba et à Tivaouane, fiefs des deux confréries les plus importantes au Sénégal.

(De notre correspondant)

Seul contre tous, contraint à un second tour par son ancien Premier ministre, le Président Wade se sait en ballottage défavorable. Son rival Macky Sall, arrivé deuxième lors du scrutin avec 26,57% des suffrages, a enregistré cette semaine le ralliement de tous les autres candidats à l’élection présidentielle ainsi que le soutien des dirigeants des Assises nationales, du mouvement du 23 juin, du collectif « Y en a marre », du chanteur Youssou Ndour et de l’entrepreneur Bara Tall au nom du « tout sauf Wade ». Sur le papier, le maire de Fatick devrait ainsi l’emporter facilement au soir du 25 mars avec près de deux-tiers des voix.

Mais la politique n’est pas une science exacte et cela, Abdoulaye Wade le sait également. « Le Sénégal est un pays d’hommes libres », lâche Amadou Sall, porte-parole du candidat en affirmant à l’AFP que le Président et ses partisans abordent la campagne avec « confiance et combativité ». Le candidat des Forces alliées pour la victoire (FAL 2012) a d’ores et déjà établi son plan de bataille. D’abord, le Président sortant compte séduire les abstentionnistes, un réservoir de voix considérable puisque près d’un électeur sur deux ne s’est pas rendu aux urnes le 26 février dernier. Ensuite, il souhaite convaincre les responsables locaux de l’opposition de se désolidariser des mots d’ordre de leurs leaders nationaux. Des militants de Rewmi, le parti d’Idrissa Seck, ont déjà appelé à voter Wade à Ziguinchor en Casamance et à Guediawaye, une banlieue de Dakar. Enfin, Abdoulaye Wade veut s’attirer les bonnes grâces des porteurs de voix, en particulier les chefs religieux.

Mercredi soir, Serigne Abdou Bakhé Mbacké, guide mouride de Sakhadatou Darayni, a publiquement appelé ses disciples à voter en faveur du candidat Abdoulaye Wade. « Pour notre intérêt, pour l’intérêt de toutes les familles religieuses au Sénégal et surtout pour continuer à servir Serigne Touba, j’appelle tous mes disciples à voter pour Abdoulaye Wade au second tour », a lancé le jeune marabout dans une maison des Parcelles assainies, un quartier de la banlieue dakaroise. Avant de poursuivre : « Qui connaît Abdoulaye Wade sait qu’il est un mouride fidèle, un grand disciple de Serigne Touba. Donc, unissons-nous pour la victoire finale de notre condisciple ». Présente sur les lieux, la députée libérale Fatou Younouss Aïdara, citée par l’agence de presse sénégalaise (APS), aurait alors glissé aux oreilles des talibés qu’Abdoulaye Wade est « le seul Président de la République à s’être mis à genoux devant des fils et des petits-fils de Serigne Touba ». En début de semaine, Cheikh Ndiguel Fall, un représentant de la communauté « baye-fall » avait également appelé à voter Wade.

Wade sollicite les prières de Touba et Tivaouane

Jeudi, le président-candidat s’est rendu en hélicoptère dans les villes saintes de Touba et de Tivaouane, où il a été reçu successivement par le khalife général des mourides puis par son cousin le khalife général des tidianes, et chez Cheikh Bethio Thioune, un guide religieux à la réputation sulfureuse qui avait déjà lancé un « ndigueul » (une consigne de vote) en sa faveur à la veille du premier tour de l’élection. Une tournée qui avait officiellement pour but de « solliciter des prières », mais que la presse privée sénégalaise qualifie ce matin de « périple religieux » en vue d’obtenir des ndigueuls.

Après s’être entretenu à huis clos pendant une trentaine de minutes avec le khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidy Moctar Mbacké, Abdoulaye Wade a déclaré à la presse qu’il est venu solliciter « les prières du khalife pour terminer d’ici à trois ans » ses projets dont l’aéroport international Blaise Diagne de Diass. « Les chantiers que j’ai ouverts ont été possibles grâce à des prêts dont il faut honorer les engagements, estime le Président. Je demande aux gens de me laisser au moins terminer mes chantiers dans trois ans sinon mon successeur ne pourra le faire et ce sera un gâchis ». Habitué des petites phrases destinées à flatter l’électorat mouride, Abdoulaye Wade a souligné que s’il est parvenu à diriger le Sénégal, « c’est par la grâce de Serigne Touba », fondateur de la confrérie.

Arrivé à Tivaouane, le Président Wade s’est ensuite félicité des relations « exemplaires » qu’il entretient depuis 1958 avec Serigne Mansour Sy, actuel khalife des tidianes. Abdoulaye Wade s’est également souvenu des prières que lui avait consacrées l’ancien khalife général des tidianes, El Hadj Abdoul Aziz Sy, lors de sa thèse d’économie en France et a rappelé qu’alors avocat, il avait défendu Serigne Cheikh Ahmad Tidiane Sy, un autre membre de cette famille, qui était en procès avec le régime du Président Senghor.

Distancé par son mentor lors du premier tour dans ces deux départements, Macky Sall devrait dans les prochains jours se rendre à Tivaouane. Aujourd’hui, il est en déplacement… à Touba.

Lire aussi :

 Sénégal : un front anti-Wade

 Sénégal : Wade version caricatures

 Sénégal : Macky Sall promet la « rupture »