Sénégal : le marabout Kara détenait plus de 300 personnes dans ses propres prisons

C’est la consternation au Sénégal, après la découverte de centres de détention où des centaines d’individus, âgés de 17 à 42 ans, sous haute surveillance sont séquestrés et maltraités, sous les ordres du marabout nommé Serigne Modou Kara Mbacké. La gendarmerie sénégalaise a procédé à des arrestations.

Le Section de recherches de la gendarmerie sénégalaise a démantelé un vaste réseau de lieux de détentions clandestins de personnes, mineures comme majeures, filles comme garçons, appartenant au grand marabout Serigne Modou Kara, petit de cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, guide spirituel du mouridisme. Ces centres de détention, selon la gendarmerie, sont « présentés comme daaras de redressement, tenus par des disciples de Serigne Modou Kara ».

Serigne Modou Kara Mbacké

Selon un communiqué de la gendarmerie dont Le Quotidien a eu copie, tout est parti d’un renseignement sur le vol d’un scooter. La descente effectuée a permis de trouver « un lieu de regroupement de plusieurs individus en majorité jeunes, âgés de 17 à 42 ans, placés sous haute surveillance et victimes de séquestration, de maltraitance, voire de torture ». Le document précise que les individus retrouvés « vivent dans des conditions sanitaires déplorables ».

Pire, ajoute la gendarmerie, dans ces « endroits présentés comme daaras (centres) de redressement, tenus par des disciples de Serigne Modou Kara », il a été également constaté que « les responsables se font appeler ‘’commandant’’ et ‘’colonel’’ ». Les séquestrés souffrent « visiblement de maladies et de malnutrition sévère… Les stigmates des sévices corporels sont visibles sur les corps des victimes, dont certains semblent avoir perdu la raison ».

Donnant les détails des conditions difficiles dans lesquelles vivent ces individus, la gendarmerie renseigne qu’ils affirment ne manger « qu’un repas par jour et ne se lavent qu’une fois par semaine ». Pis, la gendarmerie ajoute que « les témoignages des victimes font état de plusieurs décès durant ces deux dernières années, dont le dernier remonte à trois jours ».

La gendarmerie détaille que « le 27 novembre à Guédiawaye, 213 individus dont 7 mineurs séquestrés dans un immeuble R+1 et entassés dans huit chambres ont été libérés de ces lieux de détention. Le samedi 28 novembre 2020 sur deux autres sites situés à Malika et à la Zone B, il a été découvert respectivement 22 et 100 pensionnaires dont une fille âgée de 17ans ». Toujours selon Le Quotidien, la gendarmerie informe avoir interpellé « au total 43 personnes dont 6 à Ouakam, 13 à Guédiawaye 20 à la Zone B et 4 à Malika ».

Outrés, des Sénégalais ont réagi à ce drame qui ne dit pas son nom, interpellant directement le chef de l’Etat Macky Sall sur cette question. « Arrêtez de suivre des marabouts comme des moutons. Travaillez et gagnez votre vie et réclamez des comptes à vos dirigeants qui vous volent légalement. Des marabouts qui ne peuvent même pas se soigner quand ils sont malades. Ces marabouts vont se soigner chez les Européens qu’ils traitent pourtant de mécréants », a dit un internaute.

« L’État doit frapper sans faiblesses toute personne qui entretient des milices. N’arrêtez pas que les 43 gardes, ce ne sont que des lampistes. Le responsable c’est Kara lui-même à qui appartiennent ces milices. Ne soyez pas des lâches », a-t-il ajouté. Pour leur part, les Sénégalais ont les yeux rivés sur Macky Sall, un supposé grand défenseur des droits de l’Homme.