Sénégal : le Covid-19 perturbe le schéma initial de production de pétrole et de gaz

Au Sénégal, le Covid-19 a perturbé le schéma initial de production de pétrole et de gaz. Il était en effet prévu de voir les premières productions en 2022 pour le gaz et 2023 pour le pétrole, mais ce calendrier est remis en cause par le contexte actuel de pandémie du Coronavirus.

Au Sénégal, les premières productions de gaz étaient attendues en 2022 et pour celles du pétrole en 2023. Mais le schéma initial est remis en cause par le monstre invisible qu’est le Covid-19, qui dicte actuellement sa loi dans toutes les parties du monde. En effet la société Petrosen, qui garde un œil sur l’exploitation de ressources en hydrocarbures, du raffinage à la distribution, a rendu public un communiqué, pour faire l’état des lieux des projets gaziers et pétroliers en cours dans le pays, dans ce contexte de propagation du coronavirus.

L’épidémie a pour conséquence l’effondrement des prix du pétrole brut ainsi que le ralentissement des activités du secteur avec les mesures prises par les Etats pour lutter contre la propagation du virus. C’est pourquoi, note le communiqué, « ces facteurs ont des impacts considérables sur l’ensemble des projets pétroliers dans le monde ainsi que sur les circuits de production et d’approvisionnement des entreprises, à cause du phénomène de confinement ». Suffisant pour que certaines partenaires brandissent le cas de force majeure, « qui pourrait impacter les délais de livraison des premiers mètres cube de gaz naturel et des premiers barils de pétrole brut ».

Cependant le Directeur Général de Petrosen renseigne que toutes les dispositions sont en train d’être prises, à travers un dialogue constructif avec les contractants et les sous-traitants, pour minimiser au maximum les potentiels retards, en ce qui concerne la production du gaz naturel issu du champ de Grand Tortue Ahmeyim (GTA) et le démarrage de la production du pétrole provenant du champ de Sangomar. Selon les estimations, les réservoirs du champ de Grand Tortue Ahmeyim (GTA) sont de l’ordre de 560 milliards de mètres cubes répartis de manière égale entre les deux pays (Sénégal et Mauritanie).

Pour le bloc pétrolier offshore de Sangomar, au large du Sénégal, les réserves sont estimées à 2,5 milliards de barils et ainsi le Sénégal espère y sortir entre 100 000 et 120 000 barils chaque jour.