Sénegal : la grève de la faim des réfugiés mauritaniens soutenue par leurs compatriotes d’Europe

Les réfugiés, engagés dans une grève de la faim depuis le 19 Juin pour dénoncer le racisme d’Etat à l’origine de leur déportation et la précarité de leurs conditions de vie dans les camps de réfugiés et dans les grandes villes du Sénégal, continuent de recevoir le soutien des personnalités internationales et de leurs compatriotes. Bien que leur mot d’ordre soit suspendu pour le mois de ramadan, l’historien et cadre des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM), Ibrahima Abou Sall, et sa femme Habsa Banor Sall leur ont rendu visite.

« Nous sommes là pour vous apporter notre soutien personnel et vous transmettre les salutations militantes de nos compatriotes basés en France et qui trouvent cette lutte légitime. Juste avant notre départ, des organisations s’étaient réunies pour apporter un soutien modeste à la lutte que vous menez ici à Dakar », a déclaré Ibrahima Abou Sall. « Votre présence ici est la preuve que le problème est loin d’être réglée contrairement à ce que veut nous faire croire le régime de Nouakchott », a-t-il poursuivi.

Abondant dans le même sens, Habsa Banor Sall a indiqué : « Je comprends bien les déportations parce que je suis moi-même victime de cette atrocité. J’ai été déportée pendant que mon mari croupissait dans les geôles de Taya. C’est pourquoi je suis avec vous dans cette lutte et vous invite à une plus grande mobilisation. De notre côté, l’Association des femmes auritaniennes (AFMAF), dirigée par Mariame Kane avait tenu à vous apporter sa contribution et son soutien. Dans l’avenir, nous allons aussi nous concerter pour voir comment travailler avec les femmes de la Coordination des réfugiés mauritaniens au Sénégal qui sont présentes à la rencontre de ce soir. »

Prenant la parole au nom des réfugiés, Aljouma Cissoko, Moustapha Touré et Fatimata Ly ont pris a parole pour remercier le couple Sall et les différentes structures auxquelles ils appartiennent. «Nous vous remercions infiniment de votre visite et de votre soutien. Ce combat que nous menons sur le terrain est notre combat à nous tous. C’est pourquoi on doit continuer la mobilisation jusqu’à la satisfaction de nos revendications légitimes », a déclaré Aljoua Cissoko de la Coordination des réfugiés mauritaniens au Sénégal.

Par Abda Wone