Sénégal : l’incroyable ascension du ministre des Télécommunications Yaya Kane

Le ministre des Télécommunications, Yaya Kane, sociologue de formation, est le plus jeune des ministres du gouvernement de Mohamed Dionne, après le limogeage d’Aminata Touré suite à sa cuisante défaite aux élections locales.

Il ne s’était sans doute jamais imaginé qu’il ferait partie du gouvernement sénégalais un jour. Pourtant, Yaya Kane a été nommé aux commandes des Télécommunications au sein du gouvernement de Mohamed Dionne. Il est ainsi le plus jeune des ministres de son équipe gouvernementale.

Sociologue de formation, rien pourtant ne prédestinait le jeune Yaya Kane à la politique. Lui est issu du monde rural et non de la ville. Son ascension devrait servir d’exemple à de nombreux jeunes en difficultés dans l’arrière pays abandonné par les politiques depuis des lustres.
Né en 1976 au village de Kobkilo, à Matam, le jeune ministre a effectué son cycle élémentaire au village qui se trouve dans la communauté rurale de Dabia, avant d’intégrer l’Université d’où il sortira avec son Doctorat en Sociologie, révèle le quotidien sénégalais L’Observateur. Yaya Kane est décrit comme un actif membre du parti présidentiel L’Alliance pour la République (APR), qu’il a intégré en 2008 par le biais du député Farba Senghor, très proche de lui.

Depuis son plus jeune âge, il a toujours été engagé dans le processus de développement de son pays, intégrant des ONG qui intervenaient dans la région de Matam, d’où il est originaire. Puis il devient secrétaire municipal de la commune Hamady Hounaré, suite à sa création. Le travail ardu du jeune homme porte ses fruits. Il décroche un poste au ministère de la Coopération décentralisée avant qu’il ne soit nommé en août dernier conseiller spécial du chef de l’Etat sur les questions de développement rural.

Au lendemain de sa nomination comme ministre des Télécommunications, une immense fête a été célébrée dans son village natal Kobkilo, pour l’honorer. De quoi faire espérer de nombreux jeunes vivant dans les villages démunis du pays de la Téranga.