Sénégal : coupable de non-assistance à un animal en danger

Ane blessé
L'âne blessé (Sénégal)

Cela s’est passé au Sénégal où le propriétaire d’un âne, animal qui lui sert de gagne-pain, a frappé la bête au point de la faire saigner un peu partout : abdomen, tête, queue… Des hémorragies un peu partout sur le corps de la bête.

On en connaissait de la maltraitance animale au Sénégal, mais pas à ce point. Des chevaux fouettés, des ânes tapés. A force de voir ces scandales au quotidien, les populations de ce pays d’Afrique de l’Ouest en sont finalement habituées. Nous-mêmes avons fini par fermer les yeux, jusqu’à ce vendredi 27 mai 2022, tôt le matin, lorsque nous sommes tombés sur un véritable scandale. Une bête battue par son propriétaire à sang. Une ânesse, qui sert de collecte d’ordures ménagères dans la Capitale du Rail, Thiès. Villé située à 70 km au Nord de Dakar.

Alors que nous faisons un tour dans les établissements pour nous enquérir de l’observance de la minute de silence et de la mise en berne des drapeaux suite au décès des onze nouveau-nés dans l’incendie de l’hôpital Abdoul Aziz Sy Dabakh de la ville de Tivaouane, nous sommes tombés sur cette scène si violente. La bête attendait son propriétaire, qui ne se présentera pas, tant que nous étions là. Sans doute blotti quelque part, compte tenu de l’état dans lequel se trouvait l’animal, vu que nous étions en train de prendre des images de ce spectacle si désolant.

Malheureusement, il n’y a personne pour venir en aide à ces animaux. La SPA, le Sénégal ne connaît pas. Les bêtes sont abandonnées à elles-mêmes, à leur triste sort. La preuve, le policier qui passait à côté et que nous avons interpellé pour tenter de voir comment venir en aide à cet animal, a vite fait de dégager sa responsabilité. «Mon cher, malheureusement, nous ne pouvons rien contre ces gens-là», a-t-il lancé, avant de poursuivre sa route. Même pas tenter de mettre en garde ce contrevenant d’un autre genre. Un propriétaire si cruel, qui a autant ensanglanté l’animal.

Après une demi-heure d’attente, nous sentant coupable d’avoir abandonné l’animal avec cette personne si cruelle, nous étions contraints de quitter les lieux, puisque le propriétaire ne se présentait toujours pas. Toute autre action aurait pu nous coûter cher. Si on détachait l’attèle, on sera accusé de destruction de biens appartenant à autrui, ou tout simplement de vol, en cas de plainte à notre encontre. Oui, le cœur meurtri, nous avons abandonné la bête. En étant conscient que nous étions coupable, de non-assistance à animal en danger. Dans un pays où on n’hésite pas à empoisonner les chiens errants.

A lire : Vidéo : au Sénégal, on empoisonne les chiens !