Sénégal : Confirmation d’un cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo

Les responsables de la santé ont signalé qu’un cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo a été confirmé chez un jeune berger de 10 ans dans le district de Fatick, Kamsaté, au Sénégal.

L’enfant a développé une fièvre, des maux de tête, des arthralgies, des douleurs musculaires et des vomissements le 29 juin 2017. Après avoir été présenté à une clinique locale le 30 juin 2017, il était fébrile et léthargique avec une épistaxis modérée (saignement du nez).

Les échantillons de sang ont été testés par l’Institut Pasteur Dakar, qui a révélé une augmentation des anticorps (IgM et IgG) contre le virus, confirmant une infection récente.

L’enquête a révélé que la source possible d’infection était deux vaches achetées dans un marché de la ville moins de 3 mois avant l’événement. Une forte prévalence de tiques a été observée dans le troupeau impliqué, dont les échantillons ont été prélevés pour les tests – résultats en attente.

Quinze autres cas suspects ont été identifiés dans la communauté, tous ceux qui ont été négatifs et ont été exclus.

Des études de séroprévalence antérieures ont mis en évidence que la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est essentiellement endémique dans tout le Sénégal et dans les pays voisins.

On peut s’attendre à des infections sporadiques chez les personnes ayant un contact régulier avec le bétail dans les zones endémiques, mais elles peuvent être évitées grâce à l’utilisation de répulsifs, de vêtements de protection et de gants pour prévenir les piqûres de tiques et éviter le contact avec le sang et les fluides corporels du bétail.

En outre, selon la presse locale, les autorités et médecins mauritaniens auraient découvert la présence du virus sur trois Mauritaniens (une fille, sa maman et un accompagnant).