Sénégal : Barthélemy Dias en liberté provisoire

Incarcéré dans le cadre de l’enquête sur la mort de Ndiaga Diouf, le jeune maire de Mermoz-Sacré Cœur bénéficie de la liberté provisoire.

(De notre correspondant)

Poursuivi pour « homicide volontaire », Barthélemy Dias, le jeune maire de la commune d’arrondissement de Mermoz-Sacré Cœur à Dakar, a recouvré la liberté mardi dans la soirée après quatre mois, trois semaines et cinq jours de détention préventive à la maison d’arrêt de Reubeuss. Après plusieurs demandes, le juge d’instruction en charge du dossier a finalement accordé la liberté provisoire à Barthélemy Dias. Fin décembre, une cinquantaine de nervis envoyée par des proches d’Abdoulaye Wade avaient fait irruption dans les locaux de sa mairie pour l’intimider. Une fusillade s’en était suivie, soldée par la mort de l’un des assaillants, Ndiaga Diouf.

Pour Abdoulaye Wilane, porte-parole du Parti socialiste, cette liberté provisoire accordée au camarade Dias, bouillant leader des jeunes du parti, doit maintenant déboucher sur un non-lieu. « Le combat n’est pas terminé. Nous allons continuer la lutte jusqu’à obtenir un non-lieu total parce que nous n’avons jamais perdu de vue que Barthélemy est innocent », juge le socialiste. « Barthélemy Dias est un honnête citoyen qui mérite d’être blanchi car il n’a rien fait, poursuit-il. Il a été arbitrairement arrêté. » D’après les avocats du jeune maire, des études balistiques ont conclu que la balle qui a atteint Ndiaga Diouf ne provenait pas du revolver de leur client.

Peu de temps après sa sortie de prison, Barthélemy Dias a appelé les autorités du Sénégal à libérer les jeunes arrêtés pour « troubles à l’ordre public » suite aux manifestations contre la candidature d’Abdoulaye Wade du 23 et du 27 juin. « Je voudrais d’abord dire à Monsieur Macky Sall, président de la République du Sénégal, qu’il est aujourd’hui président de la République parce qu’il y a des jeunes qui se sont battus le 23 juin et le 27 juin, lance Barthélemy Dias. Ce sont des combattants de la liberté, ce sont des combattants de la démocratie et leur place ne se trouve pas en prison. Je demande au procureur de la République de la ville de Dakar et au procureur de la République de la ville de Thiès de faire preuve de clémence et de compréhension à l’endroit de ses jeunes. » Le jeune socialiste s’en est ensuite pris à Alioune Tine, coordonnateur du M23, « que personne n’a entendu depuis que ses jeunes sont en prison » en lui demandant « d’assumer ses responsabilités ».

Barthélemy Dias a remercié ceux qui l’ont soutenu dans cette épreuve et présenté ses condoléances aux familles de toutes les personnes décédées pendant les violences préélectorales : « Sachez que vos enfants ne sont pas morts en vain et que, par la grâce de Dieu, cette cause ne sera pas trahie ! » Revenant sur la fusillade du 22 décembre, le jeune socialiste pointe du doigt l’ancien président. « J’accuse Wade d’avoir commis ce crime odieux », dit-il.

Lire aussi :

 Sénégal : Barthélemy Dias inculpé pour homicide volontaire

 Sénégal : Amnesty International enquête sur la détention de Barthélemy Dias