Sénégal : Aminata Touré, ancienne ministre de la Justice devient Premier ministre

Apres la décision du président de la République du Sénégal, Macky Sall, de se séparer de son désormais ex-Premier ministre, Abdoul Mbaye, ainsi que les membres de son gouvernement, un nouveau Premier ministre a été nommé en début de la soirée de ce dimanche. Il s’agit du ministre de la Justice Aminata Touré. Cette dame pilotait la traque des biens supposés mal acquis.

Aminata Touré, ministre de la Justice dans le gouvernement d’Abdoul Mbaye, a déclaré dimanche avoir été nommée Premier ministre, en remplacement de ce dernier. « J’accepte ce poste avec beaucoup d’humilité, en me promettant de renouveler mon engagement et de marquer justement ce nouveau défi, sous le sceau de l’accélération des actions entreprises depuis l’année dernière », a déclaré Mme Touré à sa sortie d’audience avec le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall. Ce nouveau Premier ministre du Sénégal est conscient de la nouvelle tâche, qui l’attend.

« C’est aussi l’occasion pour moi de saluer mon prédécesseur (Abdoul Mbaye) et de lui rendre hommage pour le très bon travail qu’il a accompli jusqu’ici. Je prends le bâton pour continuer cette course. C’est une course pour le développement et l’amélioration des conditions d’existence de nos concitoyens. Cette mission s’accomplit dans un contexte international qui n’est pas facile, un contexte international marqué par la crise. Je pense que le Sénégal a les atouts, les hommes et les femmes pour les relever dans la dignité, dans le travail surtout, et dans l’abnégation », s’est confiée la nouvelle patronne du gouvernement du Sénégal.

Elle procède à des consultations pour présenter une nouvelle liste des membres de son gouvernement avant la fin de la journée du lundi au président de la République. Aminata Touré, devient la deuxième femme nommée à ce poste, après Mame Madior Boye en 2002. Abdoul Mbaye, banquier de formation, avait été nommé Premier ministre le 2 avril 2012 par le Président Macky Sall, qui venait de remporter l’élection présidentielle de février-mars de la même année. En décembre dernier, l’Assemblée nationale avait rejeté une motion de censure déposée par le groupe des Libéraux et démocrates contre le gouvernement du Premier ministre Abdoul Mbaye. Ses auteurs visaient M. Mbaye, en raison de son rôle supposé dans le placement au Sénégal de l’argent de l’ex-Président du Tchad, Hissène Habré, à l’arrivée de ce dernier à Dakar, en 1990.