SDA et AICMF posent un garrot sur leurs différences

Tout les opposait. Pourtant, à l’issue d’intenses discussions chirurgicales savamment dosées, les ONG organisatrices du prochain colloque sur l’amélioration du système de santé au Congo ont pansé leurs griefs.

Pour sa première participation à la réunion du comité scientifique chargé d’organiser le colloque sur le thème de l’amélioration du système de santé au Congo prévu le 10 décembre prochain à Paris, William John Bongho, président de SDA, a rappelé l’intérêt et les attentes suscitées auprès des autorités congolaises. « Il n’est pas question pour nous de faire un colloque de plus pour la communication. Notre intérêt est d’arriver à des propositions concrètes. Une telle besogne n’est réalisable que si ceux et celles qui ont une expertise dans le domaine participent à cet effort… Certes, les travaux préparatoires ont bien avancé, mais laissons encore la porte ouverte à tout un chacun pour nous rejoindre », a-t-il expliqué.
Cette explication a été fondamentale pour la délégation de l’association des anciens de l’INSSSA et des Médecins congolais de France (AIMCF).

Quels étaient les points de blocage pour l’organisation commune d’un tel colloque au sein de la diaspora ? « L’absence de la parole, un début de dialogue », répond William John Bongho, président de SDA. Pour le Dr Serge Nganga Zanzou, secrétaire général de l’AIMCF, « nous avons hésité parce que les choses n’étaient pas aussi claires que cela. Notre association sur sollicitation du ministère de la santé avait mis en place un cadre de travail pour accompagner le gouvernement sur les problématiques de la santé, mais il n’y a jamais eu de suivi. Après consultation de nos adhérents, nous avons pris l’engagement de rejoindre l’organisation de ce rendez-vous… Et, grâce à l’ouverture qui nous est faite, nous proposons d’intervenir en plénière et dans les ateliers » a-t-il déclaré.

Cette déclaration a réjoui l’assistance et a permis au Dr Arsène Bikoué, en charge du pilotage des travaux, d’accepter et de retenir la proposition d’AIMCF. Le thème retenu par le Dr Serge Nganga Zanzou et le Dr Richard Bibi est : « réflexions sur le retour des professionnels de la santé au Congo ». Les deux partenaires à l’organisation au colloque ont appris à se connaître. Et William John Bongho d’observer, «dans le foisonnement actuel des actions au sein de la diaspora, il y a indéniablement le renoncement obligatoire au repli identitaire à instaurer. Aujourd’hui après le dépassement de soi, nous avons pu nous expliquer, nous écouter, établir un rapprochement mutuel. Un recul indispensable pour comprendre notre société et ses attentes. Notre terrain d’entente ? Le Congo, le pays qui nous a tant donné et que nous aimons tous. Le domaine d’action retenu ? La santé : trouver ensemble la méthode d’implication en vue d’améliorer les bonnes pratiques socio-médicales et paramédicales dans toute l’étendue du territoire… Et peut être nos efforts, qui ont permis de panser nos « bobos », guériront-ils plus tôt nos maux ».