Sassou N’Guesso veut-il la tête de Kabila ?

Le journal belge La Dernière Heure a révélé qu’une tentative de coup d’Etat serait fomentée par le Président du Congo Brazzaville contre le chef de la République Démocratique du Congo. Les autorités du pays incriminé estiment que ces informations sont erronées et qu’elles risqueraient mettre en danger les efforts de réconciliation entre les deux Etats.

Sassou N’Guesso veut-il renverser Kabila ? Selon le journal belge La Dernière Heure, le chef d’Etat du Congo Brazzaville fomenterait un attentat contre le Président de la République Démocratique du Congo (RDC). L’information tombe alors que les deux pays sont en pleine normalisation de leurs relations. Toutefois, la pertinence de la nouvelle reste à confirmer.

Dans cette affaire, silence reste majoritairement le maître mot. L’Union Européenne a refusé de s’exprimer sur le sujet, jugeant qu’il était encore trop tôt. Les autorités de Kinshasa n’ont encore fait aucune déclaration publique. En revanche, la réaction de Washington ne s’est pas faite attendre. La Dernière Heure avait impliqué la bannière étoilée en écrivant qu’un mercenaire américain soutenait le coup de force présumé. « Le Président Joseph Kabila a reçu hier (jeudi, ndlr) l’ambassadeur des Etats-Unis. Ce dernier a formellement démenti les accusations portées par le journal belge, qu’il a par ailleurs qualifiées de mensonges », rapporte L’Eveil (RDC).

Dangereux mensonges

Même son de cloche à l’ambassade du Congo Brazzaville en Belgique. L’ambassadeur estime que les allégations relèvent du « conte de fées » et de la « fantaisie ». Jacques Obia explique par ailleurs que La Dernière Heure n’en serait d’ailleurs pas à son premier coup d’essai. « Il y a un mois, un article stipulait que c’était le Président Sassou N’Guesso qui était la cible d’un attentat. Nous cherchons à déterminer pourquoi ces inepties sont publiées. De tels propos peuvent créer de graves problèmes. D’autant plus que nous sommes en plein processus de réconciliation. C’est une attitude irresponsable et dangereuse », tranche-t-il.

La véracité de l’article pourrait être remise en cause par les engagements pris par le leader congolais envers Joseph Kabila. « Le Président Sassou N’Guesso participe au bon fonctionnement du gouvernement de transition de la RDC », souligne Jacques Obia. Une attaque de Brazzaville (trois millions d’habitants) contre le géant de Kinshasa (plus de 50 millions d’âmes) serait sans doute vouée à l’échec. Le diplomate assure toutefois que maintenir un climat pacifique entre les deux pays est non seulement un choix politique, mais aussi « une question de bon sens et de fraternité ».

Pourquoi mentir ?

Le Congo n’aurait donc aucun intérêt à préparer un coup d’Etat. A qui profiterait la divulgation de fausses informations, si les propos avancés par La Dernière Heure se révélaient inexactes ? L’ambassadeur du Congo Brazza à Kinshasa a formellement nié toute implication du Président Sassou N’Guesso dans une tentative de coup d’Etat. Plutôt, il accuse la Belgique de comploter contre le chef de Brazzaville. Peu probable, analyse L’Eveil. « La communauté internationale souhaite que les prochaines élections se déroulent dans de bonnes conditions. Déstabiliser ces deux pays n’aurait pas de sens », commente-t-il. Affaire à suivre.