Sarah Etongué reine des montagnes

L’ascension du Mont Cameroun a une fois de plus été remportée par Sarah Etongué. L’indétrônable coureuse, mère de sept enfants, en est à sa sixième victoire consécutive. Elle a avalé le parcours en 4 heures 21 minutes dans une course où les femmes se sont montrées souveraines. Le premier homme termine seulement à la quatrième place.

Le Mont Cameroun (4.095 m) est la plus haute montagne d’Afrique de l’Ouest. Son ascension 2003, organisée dimanche à Buéa (300 km à l’ouest de Yaoundé) dans la province du Sud-Ouest, a été marquée par la victoire pour la 6ème fois consécutive de la Camerounaise Sarah Etongué. A 36 ans et mère de sept enfants, elle a réalisé l’ascension et la descente du « Char des dieux » en 4 heures 21 minutes. Deux autres femmes, une Camerounaise et une Rwandaise, sont montées sur le podium. Près de 300 athlètes, dont certains venus, notamment, de Belgique, de France, de Suisse ont pris part à la course. Une dizaine de compétiteurs, dont un ancien champion, Thomas Tatah, ont été disqualifiés par l’équipe médicale après des examens d’usage.

Fille des montagnes, Sarah Etongué habite à Buéa, sur le flanc du Mont Cameroun où elle s’entraîne régulièrement. Ce sont  » ses montagnes  » et elle les connaît bien. Avant la compétition, entamée dimanche 22 février à 7h15 du matin, elle déclare à la radio nationale ne pas être sûre de remporter la compétition : « J’ai perdu mon père il y a juste deux mois et je ne pense pas être psychologiquement assez armée, surtout que je n’ai pas pu m’entraîner suffisamment ».

Plus de 20 000 spectateurs

Depuis sept ans, l’ascension du Mont Cameroun, compétition annuelle créée au début des années 70, a été rebaptisée « Course de l’espoir ». Celle-ci est ouverte à tous. Cette année, le plus jeune sélectionné par les ligues provinciales d’athlétisme était âgé de 15 ans. En compétition relais, l’équipe de Buéa a occupé la première place.

La « Course de l’espoir pour l’Afrique » se compose d’un parcours de 6 km de faux plat sur une route bitumée, puis d’une ascension sur 12 km avec un dénivelé de 3.000 mètres jusqu’au sommet. La descente s’effectue par le même trajet. Epreuve très populaire, plus de 20.000 personnes se massent à chaque fois le long du parcours et dans le stade Molyko. La foule impatiente attend les premières informations. Le premier homme de la course est arrivé quatrième. C’est le Camerounais Charles Ngoha Mponha, originaire de Lebialem dans la province du Sud-Ouest, qui a couvert l’ascension et la descente du Mont Cameroun en 5 heures 21 minutes.