Samy Naceri, le « bad boy » du cinéma français récidive

Samy Naceri a été déféré devant le parquet, ce jeudi, et devrait être jugé dès vendredi en comparution immédiate au tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour « violence avec arme en état de récidive ». L’acteur a agressé le vigile d’une boîte de nuit dans la nuit de mardi à mercredi. Il n’en est pas à son premier face à face avec la justice française.

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2007, Samy Naceri, accompagné de deux jeunes femmes, se présente devant la Boîte de nuit le « Mistral » à Aix-en-Provence. Il est ivre. Il a 1, 35 g d’alcool par litre de sang, selon Pascal Guinot, procureur adjoint au tribunal d’Aix-en-Provence. Le vigile, voyant l’état dans lequel se trouve l’acteur, lui refuse l’entrée. Samy Naceri déclenche alors une bagarre, sort son couteau et tente de blesser le vigile. Durant l’altercation, l’acteur aurait chuté, heurté une voiture et perdu une dent. Il est hospitalisé puis placé en garde à vue. Celle-ci est prolongée de 24 heures. Samy Naceri a été présenté, aujourd’hui, à un juge et, vendredi, il devrait passer en comparution immédiate devant le Tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence.

L’acteur est bien connu des services de police. Conduite en état d’ivresse, achat de stupéfiants, excès de vitesse et outrage… Il a fait l’objet de plusieurs condamnations depuis 2000. En décembre dernier, il a été condamné à six mois d’emprisonnement ferme et 8.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour injures à caractères racistes et outrages à policiers. En effet, interpellé le 31 mars 2006 en état d’ivresse, il a accueilli les policiers avec un langage fleuri et traité l’un d’entre eux de « sale nègre ». Lors de son procès, il a reconnu les faits et s’est excusé de son comportement. « J’ai honte de moi par rapport aux propos racistes, ce n’est pas moi, pas mon éducation », avait-il déclaré devant le tribunal correctionnel de Nanterre. Lorsqu’il évoque ses dérapages, il n’hésite pas à parler de perte de confiance en soi, de descente en enfer. « Tu te prend pour le roi du monde et tu es le roi de rien du tout » a-t-il déclaré.

Un acteur qui reste aimé du public jeune en dépit de ses frasques

Né le 2 juillet 1961 à Paris d’un père kabyle et d’une mère française, Saïd Naceri a été élevé avec ses six frères et sœurs dans un logement modeste. Il a quitté l’école à 16 ans et est passé de petits boulots en petits boulots au cours des années qui ont suivi. Il a tenté de percer dans le monde de la scène mais n’a obtenu que des rôles de figurant. Il a alors décidé de changer de prénom. De Saïd, il devient Samy. Sa carrière a pris une impulsion formidable après sa rencontre avec Luc Besson qui lui a confié le rôle de Daniel Morales, un jeune chauffeur de taxi de Marseille qui se passionne pour les voitures puissantes et la vitesse.
Le succès de Taxi 1 en 1998 a poussé le producteur à récidiver avec Taxi 2 en 2000, Taxi 3 en 2003, et Taxi 4 qui devrait sortir sur les écrans en février 2007.

Samy Naceri, acteur de talent, est très apprécié du public jeune. Une estime qui a encore grandi après qu’il a reçu, en 2006, à Cannes, le prix d’interprétation masculine pour son rôle dans le film Indigène de Rachid Bouchareb. Lorsqu’en mars 2006, un mois après son dernier séjour en prison, le magazine VSD l’interrogeait sur le regard que les jeunes portaient sur lui, il répondait : « un exemple ? Je ne sais pas. »