Saidi-Sief innocenté

Le vice-champion du monde du 5 000m, l’Algérien Ali Saidi-Sief, accusé de dopage, a été innocenté par un laboratoire allemand. La Fédération internationale d’athlétisme statuera définitivement sur le sort de l’athlète en novembre prochain.

A l’insu de son plein gré. L’athlète Ali Saidi-Sief retrouve le sourire. Le laboratoire d’analyses de Cologne (Allemagne) a innocenté le coureur algérien. Contrôlé positif le jour de la finale du 5 000m, aux Championnats du monde de Toronto, en août dernier, Saidi-Sief, qui a été sacré vice-champion de la discipline, a toujours contesté les résultats de l’expertise effectuée dans la ville canadienne. La Fédération algérienne d’athlétisme (FAA), solidaire de son meilleur représentant, a demandé une contre-expertise dans un laboratoire agréé par la Fédération internationale d’athlétisme (FIA).

Notices incomplètes

La FIA a accepté la requête de la Fédération algérienne et a désigné le laboratoire de Cologne. Conclusions étonnantes : le laboratoire innocente Ali Saidi-Sief, mais confirme l’existence de la nandrolone, produit dopant, dans les urines de l’athlète. Le vice-champion du monde aurait pris, selon ce laboratoire, des médicaments contenant de la nandrolone, mais les notices de ces médicaments n’en portaient mention. En clair, l’athlète aura été dopé malgré lui.

L’athlète a toujours clamé son innocence  » d’autant plus que j’avais subi auparavant plusieurs contrôles tous « négatifs », notamment à Angers (France) le 21 juin, puis le 12 juillet à la veille du meeting d’Oslo, soit 21 jours avant les finales d’Edmonton « .

La presse algérienne avait accusé le médecin personnel de l’athlète, Docteur Pavel, interdit d’exercice chez lui, en Allemagne. Cependant, c’est bien Saidi-Sief qui a imposé sa présence à ses côtés lors de ces jeux au détriment du médecin de la fédération algérienne.

Si la Fédération algérienne d’athlétisme se félicite de ces conclusions, Ali-Saidi-Sief attendra le mois de novembre pour savoir s’il pourra de nouveau fouler les pistes d’athlétisme. LA FIA se prononcera définitivement sur son cas lors de sa session de novembre.