Sahara, Union Africaine : « Le Maroc, un allié encombrant »

A peine le Maroc a effectué son retour dans l’Union Africaine que des problèmes surviennent, avec notamment la réunion des ministres des Finances de l’Union Africaine qui devait s’ouvrir à Dakar, au Sénégal, et qui n’a pas eu lieu. Suffisant pour que nombre de Sénégalais se posent la question de savoir si le Maroc n’est pas devenu un partenaire stratégique encombrant.

Le conflit entre le Maroc et le Sahara Occidental a en effet fini par gâcher la réunion des ministres des Finances de l’Union Africaine qui devait s’ouvrir à Dakar, au Sénégal, le lundi 27 mars 2017. Ce qui, comme l’écrivait AFRIK.COM sonnait comme une première conséquence directe de la réintégration du Maroc dans l’Union Africaine.

Dans un communiqué rendu public, le ministère des Finance avait précisé que « la rencontre des ministres des Finances de l’Union Africaine qui devait se tenir du lundi 27 au mardi 28 mars 2017, a été reportée à une date ultérieure ». Une source du journal Le Témoin au ministère sénégalais de l’Economie et des Finances précisait que « le blocage ne se situait au niveau des instances de l’Union Africaine où le Maroc et le Polisario sont d’égale dignité, faisant que le royaume chérifien ne peut pas empêcher au Polisario de jouir de ses privilèges de membre à part entière. C’est plutôt au niveau de la Commission Economique des Nations-Unies pour l’Afrique dont le Polisario n’est pas membre que le problème se situait. Le Polisario n’étant qu’observateur au niveau de cette instance des Nations-Unies ».

Prenant la balle au rebond, certains remettent sur la table des débats la question de la réintégration du Maroc au sein de l’Union Africaine. Serge Dasouza, observateur de la scène politique africaine, est convaincu qu’il fallait « réfléchir par deux fois avant de décider de la réintégration du Maroc dans l’Union Africaine. Il n’y a plus eu ce genre de problème depuis que le Maroc a claqué la porte de l’Union Africaine. Il a fallu que le royaume soit réintégré, seulemnt en janvier e cette année, pour que ce genre de problèmes surgissent. Tel que je vois les choses, je pense que le Maroc est devenu un allié encombrant de l’Union Africaine ».