Sahara, Résolution de l’ONU : le « Oui, mais… » du Maroc

L’adoption de la résolution qui renouvelle le mandat de la Mission des Nations-Unies pour l’organisation du référendum au Sahara Occidental a été certes magnifié par l’Algérie et le Maroc, mais le royaume a émis une ^petite réserve.

Si, suite à l’adoption de la résolution qui renouvelle le mandat de la Mission des Nations-Unies pour l’organisation du référendum au Sahara Occidental, l’Algérie s’est limitée à se féliciter, « dans ce cadre, de ce que le Conseil de Sécurité ait réaffirmé une fois de plus son attachement au droit à l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental ainsi qu’au référendum devant lui permettre de choisir librement le statut définitif du territoire », le Maroc a tenu à faire une petite mise au point.

En effet, si le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a indiqué que « la nomination prochaine, par le Secrétaire général des Nations-Unies, d’un nouvel Envoyé personnel pour le Sahara Occidental est dès lors bienvenue en tant que premier pas vers l’opérationnalisation de ce nouveau processus et le lancement d’une véritable dynamique de paix », le royaume insiste qur la nécessité d’être « vigilant» quant au retrait du Front Polisario d’une zone contestée.

Vendredi soir, l’ONU a exprimé son espoir d’une relance de négociations pour régler le conflit au Sahara Occidental après que le Front Polisario s’est retiré d’une zone tampon de la région. Dans un communiqué Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations-Unies Antonio Guterres s’est félicité de cette décision, soulignant que « cette action devrait améliorer les perspectives d’un climat à la relance d’un processus de négociations avec une nouvelle dynamique et un nouvel état d’esprit ».