Sahara, Maroc, Algérie : le Polisario se dit « prêt »

Le Front Polisario, acteur principal de la lutte pour l’indépendance du Sahara Occidental, est « prêt pour des négociations directes » avec le Maroc.

Vers un dénouement du conflit dans cette zone de l’Afrique ? Tout porte à le croire avec la sortie du Front Polisario, qui lutte pour l’indépendance du Sahara Occidental, qui se dit « prêt pour des négociations directes » avec le Maroc. C’est ce qu’a indiqué, ce lundi 5 février 2018, à Alger, un haut responsable du mouvement indépendantiste sahraoui.

Mohamed Salem Ould Salek, ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD), revenant sur la délégation sahraouie reçue le 25 janvier à Berlin par le nouvel envoyé spécial de l’ONU, Horst Koehler, qui a « entamé des discussions séparées » avec le Polisario et Rabat, indique qu’il s’agit d’une « nouvelle phase de discussions destinées à préparer une nouvelle phase de négociations directes ».

Le diplomate a précisé que la République arabe sahraouie et démocratique est « prête à entrer en négociation directe avec le Royaume du Maroc pour faire la paix ». Le Polisario et Rabat n’ont plus négocié directement depuis l’échec, en 2012, d’un cycle de cinq ans de pourparlers. Le 25 janvier dernier, le Maroc avait annoncé qu’une délégation du royaume chérifien rencontrerait également Horst Koehler à une date non précisée.

La RASD a été proclamée par le Polisario en 1976, et a le soutien de l’Algérie. Ancienne colonie espagnole, le Sahara Occidental est passé en 1975 en grande partie sous contrôle du Maroc. Le Front Polisario contrôle environ un tiers du territoire sahraoui.