Sahara : la France se range du côté du Maroc, colère d’Alger ?

Tebboune, Macron et Mohammed VI
Tebboune, Macron et Mohammed VI

La France a réitéré son appui et son soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc, le considérant comme une base «sérieuse et crédible» capable d’aider à trouver une solution politique à la question du Sahara. Une position qui ne va pas du tout plaire à l’Algérie, soutien du Sahara.

Présente à la tribune de l’ONU, la France est revenue, vendredi 29 octobre, sur la question du Sahara Occidental. Paris a, selon la MAP, réitéré son appui et son soutien au plan d’autonomie proposé par le royaume du Maroc, le considérant comme une base «sérieuse et crédible» capable d’aider à trouver une solution politique à la question du Sahara Occidental.

Devant les membres du Conseil de sécurité, suite à l’adoption de la résolution 2602 portant prorogation pour un an du mandat de la MINURSO, Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès de l’ONU, a souligné que «la France considère le plan d’autonomie marocain de 2007 comme une base sérieuse et crédible» pour le règlement de ce conflit qui mine la région.

Exprimant le soutien de la France au nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara, Staffan de Mistura notamment, Nicolas de Rivière a insisté sur la nécessité de respecter «le cessez-le-feu» et a appelé la MINURSO à jouer le «rôle essentiel» qui lui revient «pour limiter le risque d’escalade et pour la stabilité de la région», rapporte la MAP.

«La résolution que nous venons d’adopter permet de réaffirmer le soutien du Conseil au processus politique qui doit être relancé dans le cadre des Nations-Unies. Sa prise de fonction, le 1ᵉʳ novembre, doit permettre de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable conformément aux résolutions de ce Conseil», a indiqué le représentant permanent de la France auprès de l’ONU.

Une position française qui ne colle en rien avec celle algérienne, puisque l’Algérie s’est rangée du côté du Sahara Occidental, n’hésitant pas à parler d’occupation s’agissant de ce dossier source de conflit entre Rabat et Alger. Cette sortie coïncide avec une période de tension, entre l’Algérie et la France, qui a favorisé un rapprochement entre Paris et Rabat.

A lire : ONU, Guterres nomme Staffan de Mistura nouvel Envoyé spécial au Sahara