Sahara, Algérie, Maroc : ce message du Polisario à l’ONU

Brahim Ghali, chef du Polisario

Le Front Polisario est revenu à la charge dans une adresse à l’ONU, en insistant sur une solution à la situation qui prévaut au Sahara Occidental, l’opposant au Maroc et à laquelle s’est invitée l’Algérie.

« Le gouvernement sahraoui et le Front Polisario rappellent que le document adressé au président du Conseil de sécurité de l’ONU en avril 2007 (S/2007/210) contenait déjà les éléments fondamentaux d’une solution politique mutuellement acceptable qui prévoit l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ». C’est ce que relève, selon El Watan, un communiqué adressé à l’ONU par le Polisario, samedi 16 mai, à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble en paix.

A lire : Sahara, Maroc : quand l’Afrique du Sud met Mohammed VI en colère

Dans son message, la représentation du Front Polisario auprès des Nations-Unies à Genève a, toujours selon le journal, affirmé que « le gouvernement de la République sahraouie et le Front Polisario, en rappelant la responsabilité première des Nations-Unies sur le Territoire non autonome du Sahara Occidental, appellent à la réalisation effective du mandat de la MINURSO, afin de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui assurera l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental ».

Appelant le secrétaire général de l’ONU à « désigner un Envoyé personnel, qui pourra conduire les négociations entre les deux parties de manière indépendante, en vue de garantir le respect du droit international, y compris les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations-Unies, afin que l’Organisation puisse continuer à jouer un rôle essentiel dans la promotion et le renforcement d’une culture de la paix dans le monde », le Front Polisario se dit convaincu que « la solution du conflit passe par la tenue d’un référendum libre sur l’autodétermination conformément aux résolutions 658, 690 et 1495 du Conseil de sécurité des Nations-Unies ».

A lire : Sahara : le Maroc accablé

« En célébrant la Journée internationale du vivre-ensemble en paix, notre gouvernement et le Polisario réaffirment la volonté du peuple sahraoui de vivre en paix avec le peuple marocain voisin et leur engagement envers la Déclaration et le Programme d’action sur une culture de la paix adoptés par l’Assemblée générale des Nations unies en 1999, notamment pour respecter pleinement le principe de souveraineté, d’intégrité territoriale et d’indépendance politique des Etats », a par ailleurs affirmé le Front Polisario.

Toujours selon le journal, le Maroc est accusé, dans le communiqué, d’être « à l’origine de violations graves et systématiques du droit international humanitaire et des Droits de l’Homme, y compris le droit à la liberté d’expression, d’opinion et d’information, le droit à l’autodétermination, le droit au développement et la souveraineté permanente du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles ». Un conflit qui semble loin de son épilogue. L’Algérie, qui dit jouer ses bons offices dans le règlement du différend, est par ailleurs accusée par le Maroc de prendre parti.

A lire : Sahara : Algérie et Maroc s’affrontent par presse interposée