Sahara : Alger rame toujours à contre-courant de Rabat


Lecture 2 min.
Nasser Bourita et Sabri Boukadoum
Nasser Bourita et Sabri Boukadoum

L’organisation des Nations Unies a une nouvelle fois été le siège d’un duel entre le Maroc et l’Algérie sur la question du Sahara Occidental. À l’occasion de la session annuelle du Comité des 24, le représentant permanent algérien a estimé que « la reprise des pourparlers directs et substantiels entre le royaume du Maroc et le Front Polisario, est la voie évidente pour parvenir à une solution juste et durable ».

L’Algérie et le Maroc ne parlent toujours pas le même langage, surtout au sujet du dossier du Sahara Occidental. À l’occasion de la session annuelle du Comité des 24, tenue mardi, le représentant permanent algérien a estimé que « la reprise des pourparlers directs et substantiels entre le royaume du Maroc et le Front Polisario, est la voie évidente pour parvenir à une solution juste et durable ». Il a précisé que son pays « exhorte le secrétaire général de l’ONU à nommer rapidement un nouvel envoyé personnel du Secrétaire général, dans l’espoir qu’il contribuera à relancer le dialogue entre les deux parties ».

Dans son réquisitoire, le diplomate a dénoncé les « obstacles dressés face à la tenue du référendum d’autodétermination au Sahara Occidental, [qui] conduisent à la détérioration de la situation sur le terrain ». Il a réitéré que l’Algérie est « un pays observateur voisin » déterminé à « continuer de soutenir les efforts du Secrétaire général ainsi que ceux du Comité des 24 pour mener le processus de décolonisation du Sahara Occidental à sa conclusion tant attendue ».

En revanche, le représentant permanent du Maroc à l’ONU a également répliqué à l’intervention de son homologue algérien, soulignant que « l’article premier de la Déclaration des Nations-Unies sur le droit au développement stipule que « le droit au développement est un droit inaliénable de l’Homme ». « Conscient de sa responsabilité à l’égard de tous ses citoyens, le Maroc a entrepris des efforts colossaux pour assurer le développement socio-économique et l’émancipation politique de ses Provinces du Sud », a indiqué Omar Hilale.

En outre, il a rappelé que le royaume a initié, en 2015, un grand chantier de développement socio-économique d’un budget de plus de 8 milliards de dollars. Le diplomate a promis, que depuis l’opération des Forces Armée Royale du 13 novembre dernier à El Guerguerate les éléments du Front Polisario « ne mettront plus jamais les pieds dans cette partie du Sahara marocain », ajoutant que cette action pacifique du Maroc a eu pour effet de permettre un trafic normal entre le Maroc et la Mauritanie ainsi que les autres pays d’Afrique.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter