Sahara : Addouh appelle à des pourparlers directs avec le Maroc

Le Président sahraoui par intérim, Khatri Addouh, a appelé les Nations Unies à mettre en place un plan pour le processus de pourparlers, direct, intense, de haut niveau et avec un calendrier défini entre le Front Polisario et le Maroc.

Coup d’accélérateur dans le règlement du conflit opposant le Sahara Occidental au Maroc ? C’est tout le sens de l’appel fait, ce dimanche 26 juin 2016, par le Président sahraoui par intérim, Khatri Addouh, qui a appelé les Nations Unies à la mise en place d’un plan pour le processus de pourparlers, « direct, intense, de haut niveau et avec un calendrier défini » entre le Front Polisario et le Maroc, les deux parties au conflit.

« L’ONU est appelée, aujourd’hui plus que jamais, à élaborer un plan pour le processus de pourparlers directs, intenses et de haut niveau entre le Front Polisario et le Maroc, en présence des acteurs principaux de deux parties, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Assemblée générale en vue de résoudre le conflit du Sahara Occidental à la fin de 2016 », a notifié le Président sahraoui par intérim dans une lettre adressée au SG de l’ONU, rapportée par l’agence SPS.

« Le Secrétariat général de l’Organisation des Nations Unies, en particulier son envoyé personnel, l’ambassadeur Christopher Ross et sa représentante spéciale et chef de la MINURSO, Kim Bolduc, doit adopter une approche plus urgente pour l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui », a indiqué M. Addouh, appelant au « retour de la MINURSO pour exercer ses pleines fonctions, et le plein respect des deux parties à son rôle initial qu’elle joue actuellement au Sahara Occidental loin de toute interférence ou restriction de son mouvement, conformément aux principes et les pratiques applicables aux missions onusiennes de la paix dans le monde ».

Dans une lettre adressée au SG de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, souligne SPS, M. Addouh regrette que « près deux mois après l’adoption de la résolution 2285 (2016) du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le Sahara Occidental, il n’y a pas eu de progrès dans le processus politique parrainé par l’ONU pour trouver une solution juste, équitable et pacifique qui garantit le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination conformément à la résolution 1514 de l’Assemblée générale des Nations Unies et le plan de règlement des Nations Unies approuvé par le Conseil de sécurité dans ses résolutions 658 (1990) et 690 (1991) ».

Le Secrétaire général du Front Polisario a déploré que « jusqu’à présent, nous ne constatons pas de progrès vers le rétablissement de cette composante dans ses fonctions pour laquelle elle mandatée par le Conseil de sécurité à savoir l’organisation un référendum d’autodétermination au Sahara occidental. Il nous semble que les Nations Unies permettent encore au Maroc de poursuivre ses tentatives de menacer et de saper l’indépendance et la crédibilité de la MINURSO dont la mission est bien définie par le Conseil de sécurité ».

Selon APS, « le Secrétaire général du Front Polisario a condamné la tentative flagrante du Maroc visant à mettre fin à la mission de l’ONU au Sahara Occidental, malgré les engagements juridiques qu’il a accepté lors de la signature de l’accord de cessez-le-feu avec le Front Polisario sous les auspices de l’ONU ».