Safari de l’emploi sur le net

L’Afrique a fait son entrée sur le net dans divers secteurs. L’emploi n’est pas en reste, puisque deux sites de recrutement en ligne, pour l’Afrique, viennent d’être créés. Afriquemploi et Jobafrique permettent à tout un chacun de consulter des offres d’emploi concernant l’ensemble du territoire africain et tous les secteurs d’activité.

De nombreux internautes ont noté l’apparition sur la  » toile  » de deux sites de recrutement en ligne, concernant le continent africain. Afriquemploi et Jobafrique rassemblent de multiples offres, dans les secteurs les plus variés, et sur la majorité du territoire africain.

Ces deux sites proposent toutes les rubriques habituelles des sites de recrutement : dépôt de CV, consultation d’offres…, en plus d’une très bonne lisibilité.

Parallèlement à ces rubriques classiques, ils offrent des services pratiques qui permettent de préparer ses entretiens d’embauche, de créer son CV, de faire un bilan de carrière…

85 000 visiteurs en 2001

Ces deux portails, nés presque simultanément, ont été réalisés afin d’enrayer la fuite des cerveaux observée en Afrique. Jean-Augustin Libog, fondateur d’Afriquemploi, confie au Monde du 13 septembre 2000 que  » beaucoup de cadres africains, souvent formés à l’étranger, partent d’Afrique, faute de possibilités sur place, mais aussi faute d’information « . M.Libog ingénieur informaticien d’origine camerounaise a fondé ce site avec sa soeur Annette et une amie, Charlotte Assoana. Sa visée est de  » permettre aux cadres du monde entier de mettre leurs compétences au service du continent africain « .

Jobafrique, établi à San Diego, a été fondé par un jeune Ivoirien de 24 ans, Daniel Ahouassa, et par cinq autres étudiants. Ces derniers sont également à l’origine d’autres sites, tels que abidjan.net, un portail consacré à la Côte d’Ivoire, ou des sites institutionnels de grandes entreprises africaines. Ce site comprend à peu près 300 offres, arrivées spontanément ou par le biais de partenariats.

D’autres petits sites de recrutement en ligne voient le jour sur le net, notamment Africa-job qui malgré sa petite taille est sympathique et efficace.

Les chiffres enregistrés par ces jeunes pousses sont très encourageants. En effet, Afriquemploi recense actuellement 40 000 pages, lues chaque mois par 10 000 visiteurs. Son directeur espère atteindre 200 000 pages lues par 85 000 visiteurs en 2001.

Bien que le nombre d’internautes soit encore limité en Afrique, la potentialité du marché africain laisse entrevoir des perspectives d’évolution prometteuses.

Ce marché en expansion commence, de surcroît, à attiser les appétits de nombreux sites de recrutement en ligne. Pour n’en citer qu’un, le géant Monster a programmé d’ouvrir en 2001 une filiale en Afrique.

L’opportunité est désormais offerte à tous de pouvoir s’expatrier sur le continent noir, mais gare à la fuite des cerveaux…