Saddam dans les filets américains

L’ancien Président irakien Saddam Hussein a été arrêté, samedi, près de Tikrit (nord de l’Irak), par l’armée américaine. Les réactions de la rue africaine sont variées, avec en tête deux sentiments récurrents : la satisfaction et la déception. Toutefois, certains font preuve de scepticisme : ils pensent que les Américains ont mis la main sur un sosie. Six Africains donnent leur avis.

Fait comme un rat. Le Président irakien déchu Saddam Hussein est tombé entre les mains des forces américaines, samedi près de Tikrit (nord de l’Irak), après neuf mois de cavale. Le dictateur se serait rendu sans opposer la moindre résistance. La presse africaine s’est fait l’écho d’une nouvelle que très peu espéraient encore. Les réactions populaires sur le continent sont mitigées. Alors que la majorité des Africains oscillent entre satisfaction et déception, certains ne cachent pas leur scepticisme. Ils voient en cette arrestation une mise en scène ou pensent que le vrai Saddam court toujours. Cocktail d’opinions.

Cheikh, 37 ans, Sénégalais

 « Il n’aurait pas dû se rendre sans résister »

« Cela m’a fait une drôle d’impression de voir Saddam Hussein prisonnier à la télévision. Mais j’ai trouvé son attitude vraiment décevante. Se laisser prendre comme ça sans résistance…Il avait l’air de se dire « ouf ! » quand les Américains l’ont attrapé. Comme si la fin de sa cavale était pour lui une délivrance. Il était pourtant le seul à tenir tête aux Etats-Unis, qui l’accusaient pour le destituer de détenir des armes de destruction massive. Ce qui n’a toujours pas été prouvé aujourd’hui. »

Esther, 27 ans, Ivoirienne

 « J’avais envie de pleurer »

« En dépit de tout le mal que Saddam Hussein a pu faire, voir un homme de cette carrure attrapé comme une bête sauvage et déguenillé m’a fait vraiment pitié. A tel point que j’avais envie de pleurer. Cette image de la déchéance humaine me trotte dans la tête depuis deux jours. Mais en marge de ce sentiment, je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’en réalité Saddam est un homme peureux. S’il n’est pas mort l’arme au poing comme ses fils, c’est sans doute parce qu’il n’y avait plus personne autour de lui pour le soutenir. »

Ali, 26 ans, Marocain

 « Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse bien de Saddam »

« J’ai des sentiments mitigés par rapport à l’arrestation de Saddam Hussein. C’est une bonne chose parce qu’elle met fin à la dictature de son régime. Mais d’un autre côté, j’aurais préféré que ce soient les Irakiens qui s’occupent de lui et pas les Américains. Ils n’ont rien à faire en Irak. Par contre, j’ai vraiment des doutes sur l’identité de l’homme que nous avons vu à la télévision. Je ne suis pas certain qu’il s’agisse du vrai Saddam Hussein. Cela fait des mois que les Américains sont à Tikrit et ils ne l’ont pas trouvé avant ? Cette arrestation sent le coup monté et la magouille. »

Phapelo, 36 ans, Sud-Africain

 « C’était aux Nations Unies de s’occuper de lui »

« L’arrestation de Saddam Hussein par les Américains ne me plaît pas. Il faut toujours qu’ils soient arrogants et qu’ils essaient de diriger le monde. C’était aux Nations Unies de s’occuper de lui. Je ne suis d’ailleurs pas convaincu que Saddam soit foncièrement mauvais. Les médias américains ne montrent que son côté négatif. Mais avant la première Guerre du Golfe de 1990, il a fait beaucoup de choses positives pour son pays. »

Salhi, 22 ans, Algérien

 « Je suis triste parce qu’il est arabo-musulman »

« Cela m’a fait bizarre de voir un Président dans cet état : vieilli, barbu, les cheveux longs… en somme presque défiguré. C’est une image qui tranche radicalement avec celle que j’avais gardé de Saddam Hussein. Je suis un peu triste parce qu’il est arabo-musulman. Mais je suis plus solidaire avec le peuple irakien. C’est aux Irakiens qu’il a fait du mal, c’était donc à l’un des leurs de l’arrêter. »

Hamami, 51 ans, Tunisien

 « L’arrestation de Saddam Hussein est secondaire »

« Je m’attendais depuis longtemps à ce que Saddam Hussein soit arrêté. Mais lorsque j’ai appris la nouvelle, j’ai eu un sentiment de malaise. Je pense que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne vont récupérer l’événement pour justifier la guerre et l’occupation de l’Irak. C’est pour cela qu’au bout du compte je pense que l’arrestation de Saddam passe au second plan. La question essentielle est : les Irakiens pourront-ils enfin être indépendants et autonomes ? Je ne suis pas pro-Saddam, mais je ne pense pas que Georges Bush et Tony Blair soient porteurs de liberté et de démocratie. »