Rwanda : six membres des FDU condamnés à des peines de 7 à 12 ans de prison

Jeudi 23 janvier 2020, la justice rwandaise a condamné 6 (six) opposants politiques à des peines d’emprisonnement allant de 7 à 12 ans pour « menace à la sécurité de l’Etat » et « formation de groupe armé ». Les six condamnés sont des partisans du parti politique d’opposition les Forces Démocratiques Unifiés (FDU).

L’un des 6 prévenus était absent au lors de l’audience à l’issue de laquelle les condamnations ont été prononcées. Il s’agit de Boniface Twagirimana, vice-président du parti politique qui n’a d’ailleurs pas de statut juridique. Il a été condamné à une peine de 10 ans de prison ferme même s’il est en cavale depuis 2018. Arrêté en 2018 et détenu dans le centre pénitencier de Nyanza, situé au sud du Rwanda, les autorités ont ensuite annoncé son évasion et depuis, aucune nouvelle de lui. Une thèse vivement contestée par ses proches qui pensent plutôt à un enlèvement.

Ces crimes sont collés à tous les opposants du pouvoir

Les 6 accusés sont membres du mouvement FDU. Les chargés des mobilisations politiques et de la stratégie du mouvement ont tous les deux écopé de douze années de prison ferme. L’un des représentants du parti dans une région du Sud a écopé, quant à lui, de 10 ans. Deux autres membres ont été condamnés à 7 ans. La justice a relâché 4 personnes pour manque de preuve tangibles. Ils avaient tous été arrêtés en 2017 à Kigali pour la plupart et accusés de conspiration contre la République et de formation de groupes armés. L’avocat de la défense a promis de faire appel suite à la condamnation de ses clients.

Dans la matinée du vendredi, Victoire Ingabire, ancienne présidente du mouvement FDU, s’est prononcée. Elle a affirmé que les chefs d’accusations retenus contre eux ne sont pas convaincants. Selon elle, c’est le type d’accusation qui est collé à la plupart des personnes opposées au pouvoir en place. Elle a d’ailleurs été emprisonnée précédemment pendant 8 années pour les mêmes faits.