Rwanda : Human Rights Watch dénonce une vague de poursuites visant la liberté d’expression


Lecture 2 min.
Kigali
Kigali

Les autorités judiciaires rwandaises poursuivent des membres de l’opposition, journalistes et commentateurs pour leurs discours et opinions, a déclaré Human Rights Watch, dans un communiqué, ce  mercredi 16 mars.

Les violations commises à l’encontre des activistes de la société civile, des journalistes et des personnalités de l’opposition sont en hausse au Rwanda, à moins de deux ans de la campagne pour l’élection présidentielle de 2024. Selon Human Rights Watch près d’une dizaine de journalistes, commentateurs, ou simples blogueurs ont été arrêtés et condamnés. En octobre 2021, au moins huit membres du parti d’opposition Dalfa-Umurinzi, ont été arrêtés, dans le cadre de la plus vaste opération de répression contre ce principal parti d’opposition de Victoire Ingabire.

« Ces arrestations envoient un message clair à tous ceux qui voudraient se mobiliser, s’organiser ou faire campagne pour un programme politique à l’approche des élections, puisque les efforts visant à changer pacifiquement les structures de pouvoir en place peuvent être considérés comme une infraction pénale », déclare HRW. Parmi d’autres cas de violations visant la liberté d’expression figurent la condamnation à sept ans de prison du blogueur Dieudonné Niyonsega, pour avoir enfreint les règles du confinement et utilisé une fausse carte de presse lors d’un reportage et la condamnation à 15 ans de prison d’Ivonne Idamange, pour avoir critiqué le gouvernement sur sa chaine YouTube, qui rassemble près de 19 000 abonnés.

« Les autorités judiciaires rwandaises, qui n’ont pas l’indépendance nécessaire pour défendre et protéger la liberté d’expression conformément au droit international, ont injustement condamné et emprisonné des personnes en raison de leurs discours et opinions pourtant protégés par les normes internationales. Toutes les personnes injustement emprisonnées devraient être libérées immédiatement et sans condition, et le cadre juridique abusif qui a permis leur poursuite devrait être revu et aligné aux normes internationales relatives à la liberté d’expression ». a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter