Rwanda : couacs dans la campagne des Législatives

Les élections législatives se tiendront lundi prochain au Rwanda. Mais alors que la campagne bat son plein, les partis d’oppositions accusent le parti au pouvoir d’intimidations et de mesquineries.

Les Rwandais sont appelés aux urnes lundi 16 septembre, pour élire leurs députés. Les candidats en lice se disputent 80 sièges de la Chambre des députés. Alors que la campagne bat son plein, des dysfonctionnements sont d’ores et déjà dénoncés par les partis d’opposition. Ces derniers accusent les élus locaux du parti au pouvoir, le FPR, en particulier des maires de district, d’intimidations.

Une équipe de 164 observateurs

La présidente du parti d’opposition PS-Imberakuri, Christine Mukabunani, qui s’est confiée à RFI, a dénoncé « des autorités locales qui voulaient intimider des gens pour venir dans la campagne. Ils leur disaient « si vous allez là-bas, vous allez rencontrer des problèmes » ». De son côté, le secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale, Charles Munyaneza, qui tente de minimiser ces faits, a indiqué qu’il s’agissait « de cas isolés » et qu’il ne fallait pas s’étonner qu’il « puisse y avoir des individus qui ne respectent pas la loi ».

Lors des dernières Législatives en 2008, le parti présidentiel avait remporté 78% des sièges. Raison pour laquelle de nombreux observateurs estiment que le scrutin est sans enjeux. Près de 164 observateurs, qui ont bénéficié d’une formation de deux jours, depuis mercredi à Kigali, devraient superviser le scrutin. Selon l’académie de la DW, ces derniers sont chargés de superviser l’ensemble du processus électoral, mais aussi la campagne électorale. Ils devraient ensuite rendre leurs conclusions et octroyer des recommandations pour le renforcement du cadre électoral dans le pays.